Ports de plaisance exemplaires

Le Mardi 6 décembre 2016
La plaisance est source de croissance et d’emploi pour les littoraux maritimes et bassins fluviaux. La France compte un millier de ports de plaisance maritimes, lacustres et fluviaux qui font une interface entre la mer, les lacs et voies navigables et leur arrière pays. Quel que soient leurs tailles, ils constituent un moteur territorial de croissance et sont des gisements d’emplois directs et indirects importants. Les ports de plaisance contribuent très largement à l’attractivité de leurs territoires, souvent isolés (en dehors des grands ports de plaisance).

Conçus pour abriter des navires de plaisance, avec une capacité nationale de plus de 200.000 places, les ports de plaisance deviennent progressivement des zones de vie. D’une logique de capacité les ports de plaisance évoluent désormais vers une stratégie de service de qualité et d’intégration tant environnementale que territoriale. Dans le cadre de leur exploitation, ils ont une vocation évidente à témoigner des enjeux du changement climatique avec ses conséquences sur les océans et à en devenir acteurs exemplaires du défi de la transition énergétique et des changements de pratiques. Pilier d’une industrie nautique pour laquelle la France est un leader mondial, les ports de plaisance agrègent autour d’eux les 13 millions de français pratiquant des loisirs nautiques.

Appel à projet pour des ports de plaisance exemplaires

Depuis plusieurs années, le ministère a mis en œuvre des actions de soutien pour l’augmentation des capacités portuaires, la modernisation des équipements et l’amélioration des services. De 2009 à 2011, 3 appels à projet pour des ports exemplaires ont permis de soutenir financièrement les études préalables des collectivités territoriales souhaitant expertiser leurs projets de rénovation portuaire dans une démarche de développement durable. 30 projets ont été primés dans le cadre des 3 éditions de cet appel à projet.

Concours national des ports de plaisance

En 2015, un concours national des ports de plaisance exemplaire a été lancé à la demande des partenaires de l’administration, notamment l’ANEL (Association nationale des élus du littoral), la FIN (Fédération des industries nautique), la FFPP (Fédération française des ports de plaisance) et l’APPA (Association des ports de plaissance de l’atlantique). Ce concours a ciblé des projets en phase de finalisation portant sur l’amélioration des conditions d’accueil des ports de plaisance et des services proposés aux plaisanciers en distinguant les projets faisant preuve d’innovation et de pertinence économique. Le concours, doté d’aucun financement, a mobilisé 8 porteurs de projet, 4 furent retenus.  

Les lauréats « projets porteurs exemplaires 2015 » sont :

  • Port de Gruissan (Aude) – Extension exemplaire du port. Un modèle territorial, environnemental et économique de soutien aux filières nautiques, touristique et agri-touristique
  • Port de Creil (Oise)– Création d’un port intégré dans un nouvel éco-quartier.

Ont reçu une mention spéciale du jury :

  • Port de Cassis - intégration environnementale du port de plaisance et liaison avec le parc national des calanques -
  • Port de Binic – Remise en suspension des sédiments du bassin à flot.

Programme d’investissement et d’avenir (PIA)

En 2016, les ports de plaisance ont été inclus dans l’appel à projets « industrie et agriculture éco-efficientes » du Programme d’investissements d’avenir (PIA). Cette nouvelle offre de financement public, gérée par l’ADEME dans le cadre du PIA «Démonstrateurs de la transition écologique et énergétique», a pour objectif de cofinancer des projets, innovants et à fort potentiel pour l’économie française, qui contribueront à accélérer la dynamique engagée pour la croissance bleue et verte.

Sont attendus des projets s’inscrivant dans un ou plusieurs des axes suivants :

  • Amélioration des capacités d’accueil ;
  • Optimisation intégrée construction/entretien/exploitation ;
  • Aménagement exemplaire en termes d’appropriation d’espaces par les usagers ;
  • Développement ou intégration de systèmes innovants de production d’énergies renouvelables ;
  • Réduction des consommations énergétiques et des déchets ;
  • Réduction des pollutions et des impacts sur l’environnement.

La clôture du dépôt des dossiers est intervenu le 30 novembre 2016.