Direction générale de la prévention des risques (DGPR)

Le Mardi 13 décembre 2016
La Direction Générale de la Prévention des Risques a pour mission d'identifier et quantifier l'ensemble des risques pour mener les politiques de prévention adaptées.

Enjeux et principes de la DGPR

Qu’ils soient chroniques, accidentels, technologiques ou naturels, les risques causent des dommages économiques, modifient les équilibres écologiques, mettent des vies en péril...

Mieux les connaître, les identifier et les quantifier permet de mettre en œuvre les politiques de précaution, de prévention et de protection adaptées :

  • en réduisant les risques à la source, via la substitution de substances toxiques ou cancérigènes par des produits moins dangereux ou la mise en oeuvre de procédés intrinsèquement moins dangereux et en recourant au principe des meilleures techniques disponibles,
  • en limitant l’exposition au risque résiduel, notamment en maîtrisant l’urbanisation dans les zones à risques ou grâce à des ouvrages de protection contre les risques naturels,
  • en prévenant au quotidien, à travers une attention portée aux questions liées à l’exploitation et à la maintenance et aux facteurs techniques, organisationnels et humains,

Une vigilance et une alerte permanentes permettent d’anticiper toute dérive, de prévoir la survenue d’événements naturels et d’identifier les signaux faibles en termes de risques chroniques.

Une information préventive est également adressée aux populations exposées, notamment les riverains des installations industrielles et les personnes résidant dans des zones à risques naturels.

Enfin, en améliorant de façon continue les procédures et les dispositifs, la gestion de crise limite les conséquences à court et moyen terme de la survenance des risques.

Missions de la DGPR

Répondre et faire face aux risques, c’est élaborer et mettre en œuvre les politiques relatives à la connaissance, l’évaluation, la prévention et la réduction :

  • des pollutions chimiques, biologiques, radioactives, du bruit, des nuisances,
  • des risques liés à l’activité humaine et des risques naturels et à la prévention des inondations et à la prévision des crues,
  • de la production de déchets, leur valorisation et leur traitement, dans des conditions respectueuses de leur environnement,
  • des risques pour la santé et l’environnement relatifs aux OGM,
  • de la pollution des sols.

Pour cela, il est également nécessaire de concevoir, coordonner et déployer les politiques et mesures, notamment réglementaires, liées :

  • aux installations classées pour la protection de l’environnement,
  • à la sécurité industrielle (mines, après-mine, carrières, stockages souterrains, explosifs, équipements sous pression, transport par canalisation de gaz, d’hydrocarbures ou de produits chimiques, …),
  • à la sécurité du transport et de la manutention des matières dangereuses,
  • à la prévention et la gestion des sites et sols pollués,
  • aux Organismes Génétiquement Modifiés,
  • aux produits chimiques et les déchets,
  • à la prévention des risques naturels de toute nature et à la sécurité des barrages et ouvrages hydrauliques,
  • au bruit, aux risques des ondes électromagnétiques, à la pollution lumineuse.

Les différents acteurs impliqués dans la mise œuvre des politiques sur le terrain

Les services déconcentrés

  • au niveau régional :
    • Les Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), en charge des installations classées, des déchets, de la sécurité industrielle et de celle des barrages et ouvrages hydrauliques, des mines et après-mines, du règlement général des industries extratives (RGIE) et de la coordination de la prévention des risques naturels
  • au niveau départemental :
    • Les Directions Départementales des Territoires et de la Mer (DDT), en charge des risques naturels, des Plans de Prévention des Risques Technologiques (volet urbanisme), de l’articulation risques et urbanisme
    • Les Directions Départementales de la Protection des Populations (DDPP), en charge de l’inspection des installations classées liées aux animaux (élevages, abattoirs, équarrissages )

Les établissements et organismes publics

  • ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
  • INERIS : Institut national de l’environnement industriel et des risques
  • ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire et l’alimentation, de l’environnement et du travail
  • BRGM : Bureau de recherches géologiques et minières
  • IRSN : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire
  • Météo France
  • CEREMA : Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement
  • et aussi le CSTB, l’ONF, l’IRSTEA, le LCPC.

Les mardis de la DGPR


Crédits : Ministère/DICOM

Cycle de conférences d’information pour les organisations professionnelles

La DGPR organise régulièrement un mardi par mois sur le site de la Défense, une réunion d’information sur un thème d’actualité réglementaire. Destinés en priorité aux représentants des organisations professionnelles concernées par la réglementation, les Mardis de la DGPR sont d’accès gratuit sur invitation. Les supports des présentations sont librement téléchargeables après la réunion.

Prochain Mardi de la DGPR : 12 septembre 2017
Thème : à venir...
Inscription obligatoire sur la plateforme le mois précédent le jour de la conférence et jusqu’au vendredi 8 septembre 2017 à 12h dernier délai.
Si vous ne recevez pas automatiquement l'invitation par mail avec le lien pour vous inscrire, vous pouvez en faire la demande ponctuelle ou demander à être inscrit à la liste de diffusion automatique à l’adresse suivante : mardidgpr@developpement-durable.gouv.fr

Archives des anciens Mardis de la DGPR 2017

13 juin 2017 : IED : 4 ans après...

16 mai 2017 : La prévention et la gestion de l’impact environnemental et sanitaire d’une installation industrielle

18 avril 2017 : Présentation de la réforme de l'autorisation environnementale

14 mars 2017 : Gestion du risque « légionelles » dans les tours aéroréfrigérantes

14 février 2017 : Economie circulaire : vers le «  zéro déchet » pour tous ?