206 communes labellisées pour leur démarche « zéro pesticide »

Le Mercredi 21 mars 2018

Crédits : P. Vidot / Agence française pour la biodiversité
A l’occasion de la 13e Semaine pour les alternatives aux pesticides, le ministère et l’Agence française pour la biodiversité ont remis aujourd’hui le label « Terre Saine » à 206 communes afin de valoriser leur démarche « zéro pesticide ». Ce label, qui fête ses 4 ans cette année, a été remis à 317 collectivités depuis sa création. L’objectif est de conduire l’ensemble des collectivités françaises au zéro pesticide sur leurs espaces en ville.

206 nouvelles communes labellisées « Terre Saine »

Mercredi 21 mars, 206 communes ont reçu le label « Terre Saine, communes sans pesticides », lauréates des éditions 2017 (92 communes) et 2018 (114 communes), portant à 317 le nombre de collectivités récompensées pour une gestion sans pesticides de leurs espaces publics. 

[Vidéo] Valleraugue (Gard) et Fontainebleau (Seine-et-Marne) : deux communes labellisées « Terre saine, communes sans pesticides »

Afficher la version texte de la vidéo

A Valleraugue et à Fontainebleau, les habitants et les élus des communes labellisées "Terre saine" racontent leur engagement dans la démarche.

« Terre saine » : Un label pour valoriser les communes exemplaires et faciliter le passage au zéro pesticide

La France s’est engagée à la réduction de l’utilisation des pesticides et la protection contre leurs impacts nocifs sur l’homme et l’environnement. Dans ce contexte, plusieurs régions ont mis en place des chartes régionales afin d’accompagner les collectivités volontaires vers le zéro pesticide et labelliser celles ayant un niveau d’excellence « Terre saine, communes sans pesticides ». Pour obtenir le label Terre saine, la collectivité doit avoir cessé l’usage de pesticides dans tous les espaces publics qui relèvent de la responsabilité de la collectivité territoriale.

5000

communes françaises sont déjà engagées dans des démarches de réduction ou de suppression des pesticides chimiques.

Depuis 1er janvier 2017, l’utilisation des produits phytosanitaires par les collectivités dans les espaces publics (rues, jardins, parcs, voies de chemins de fer, ou encore bas-côtés de routes) est interdite. Cette interdiction s’inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, mais aussi dans le cadre du programme Ecophyto 2 qui vise à réduire de 50% l’utilisation des pesticides chimiques en France.

A partir du 1er janvier 2019, ce sont les jardiniers amateurs qui devront trouver des alternatives aux pesticides chimiques, car leur vente sera interdite.