44 pays engagés vers un transport maritime décarboné d’ici 2050

Le Mercredi 28 mars 2018

Crédits : Terra
Lundi 26 mars 2018, Élisabeth Borne, Ministre chargée des Transports a remercié les 44 pays signataires de la déclaration Tony deBrum qui vise à atteindre un transport maritime décarboné d’ici 2050.

Une stratégie ambitieuse du transport maritime pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre

En présence de Marek Grobarczyk, ministre de l’économie maritime et de la navigation fluviale de Pologne et de nombreuses ambassades, cette conférence a réuni plus de 140 acteurs européens du transport maritime, des ports, de la construction navale, de l’énergie, de chercheurs et d’ONG,

Dans son discours, Elisabeth Borne a rappelé que 44 Etats ont signé la déclaration Tony deBrum pour la décarbonation du transport maritime qui fait partie des 12 engagements du One Planet Summit de décembre 2017. Elle a appelé à ce que l’Organisation Maritime Internationale (OMI) adopte dans quelques semaines, en avril 2018, une stratégie initiale ambitieuse du transport maritime pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Une réduction de 70% les émissions annuelles totales de CO2 des transports maritimes internationaux

« Notre cap, également indiqué dans le cadre de cette conférence est tracé : la réduction totale des émissions du transport maritime le plus tôt possible au cours de ce siècle. Cela signifie la réduction de 70% les émissions annuelles totales de CO2 des transports maritimes internationaux, dans le cadre d'une réduction continue, en poursuivant les efforts vers 100% d'ici 2050 par rapport à 2008. Make the sea great again ! »
Élisabeth Borne

Son homologue polonais, Marek Grobarczyk, lui a répondu en témoignant des pratiques polonaises dans le domaine maritime et de la navigation intérieure.

Ensuite, des représentants des Etats (Suède, Pays-Bas, Nouvelle Zélande), de l’industrie (CMA CGM, ABB Group, Engie, Odense Maritime Technology A/S, STX) et des chercheurs ont échangé sur les engagements des Etats puis sur les solutions techniques pour mettre en œuvre cette politique.