Adaptation des territoires aux évolutions du littoral

Le Mercredi 26 septembre 2018
La Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte a été mise en place en 2012 pour mieux anticiper les évolutions du littoral et faciliter l’adaptation des territoires à ces changements. Elle a vocation à renforcer la résilience des espaces littoraux en s’appuyant sur le rôle des milieux naturels côtiers, véritables atouts pour atténuer l’effet de phénomènes naturels (submersion marine, érosion, inondation, etc.).

Contexte d’élaboration de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte

Le littoral est un espace en perpétuel mouvement sous l’effet de facteurs naturels tels que le vent, les courants ou les variations du niveau de la mer. Ses évolutions, accentuées parfois par les activités humaines et les impacts du changement climatique, se caractérisent par une réduction ou une augmentation de la surface émergée liée à la perte ou au gain de sédiments le long du rivage de la mer. La perte de sédiments, communément appelée érosion côtière, se traduit par un recul du linéaire côtier, dit trait de côte.

Présente dans tous les océans du globe, la France dispose d’une très grande diversité d’espaces naturels côtiers, sources d’une importante richesse paysagère et écologique et supports de nombreuses activités économiques. Très attractifs, les littoraux français connaissent une démographie croissante. Ils concentrent ainsi de plus en plus d’enjeux environnementaux, sociaux et économiques dans un contexte évolutif marqué par des influences continentales, marines, atmosphériques et humaines, auxquelles s’ajoutent désormais les effets du changement climatique et notamment l’élévation du niveau marin.

Face à ce constat, une Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte a été mise en place en 2012 pour mieux anticiper les évolutions du littoral et faciliter l’adaptation des territoires à ces changements. Elle a vocation à renforcer la résilience des espaces littoraux en s’appuyant sur le rôle des milieux naturels côtiers, véritables atouts pour atténuer l’effet de phénomènes naturels (submersion marine, érosion, inondation, etc.). Cela nécessite de repenser l’aménagement du littoral.

La stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte

Une ambition pour les zones côtières

Si la mobilité du trait de côte est un phénomène naturel, les effets du changement climatique (notamment la montée du niveau de la mer), la forte démographie de la frange littorale et son important dynamisme économique (activités portuaires, aquaculture, tourisme, etc.) nécessitent désormais de repenser l’organisation territoriale des zones côtières. C’est dans cet objectif qu’une Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte a été mise place avec la volonté d’accompagner les territoires littoraux dans leur recomposition spatiale, en développant les outils nécessaires, en renforçant la connaissance et en facilitant l’information et la mobilisation de tous.

Des principes communs pour la gestion des zones côtières

Véritable cadre de référence, cette stratégie nationale a permis de définir des principes communs pour la gestion des zones côtières, en particulier :

  • l’anticipation et l’adaptation sur le long terme aux évolutions naturelles du littoral ;
  • la prise en compte simultanée des défis socio-économiques et environnementaux posés par le recul du trait de côte ;
  • l’élaboration de projets de territoire et de documents de planification cohérents et concertés, aux échelles spatiales et temporelles pertinentes ;
  • l’intégration des écosystèmes côtiers dans la définition de solutions adaptées ;
  • l’amélioration et le partage des connaissances sur les écosystèmes côtiers et leurs perspectives d’évolution.

La gouvernance

La stratégie nationale est pilotée par un comité national de suivi. Composé de représentants des différentes parties prenantes (État, élus, associations de protection de l’environnement, acteurs socio-économiques, scientifiques, etc.), ce comité propose les orientations stratégiques et valide les actions à engager permettant de disposer d’un cadre de travail commun et concerté.

La stratégie nationale participe pleinement à la mise en œuvre de la Stratégie nationale mer et littoral, qui dispose d’une instance de gouvernance spécifique, le Conseil national de la mer et du littoral (CNML). Dans un souci de parfaite coordination, le Comité national de suivi a été rattaché, en début d’année 2018, à ce Conseil.

Des actions partagées

Pour assurer la cohérence et la coordination des actions mises en œuvre, des programmes d’actions sont définis périodiquement.

Le premier, réalisé sur la période 2012-2015, a permis :

  • le développement et la diffusion de connaissances à travers notamment la création d’un indicateur national d’érosion côtière, la publication d’une synthèse des connaissances disponibles sur les dynamiques littorales et le lancement de la mise en réseau des observatoires du trait de côte ;
  • l’accompagnement de démarches locales à travers des appels à projets ;
  • l’insertion de la gestion du trait de côte dans les stratégies et documents de planification en matière de prévention des risques et d’aménagements du littoral.

Le programme d’action en cours, pour la période 2017-2019, conforte et poursuit ces réalisations.

Des actions concrètes pour l’aménagement du littoral

Stratégies territoriales pour la gestion du trait de côte

L’aménagement du littoral doit être repensé pour prendre en compte la mobilité du trait de côte et préparer les territoires aux évolutions à venir. Dans cette perspective, il est indispensable de développer des projets de territoire :

  • aux échelles temporelles et spatiales pertinentes ;
  • en associant l’ensemble des parties prenantes aux différentes phases d’élaboration ;
  • sur la base d’informations partagées et d’une analyse des différents choix possibles tenant compte des enjeux identifiés ;
  • en veillant à la prise en compte des écosystèmes côtiers et des fonctions qu’ils assurent.

D’ores et déjà, des projets locaux ont émergé : une stratégie régionale du littoral aquitain et les stratégies locales de Capbreton, du Cap Ferret, d’Ault et de Criel.

Démarches expérimentales

Pour identifier les outils et les modalités d’actions les plus adaptés et faciliter l’émergence de projets de territoire, des démarches innovantes sont initiées ou accompagnées au travers notamment d’appels à projets ou d’appels à idées.

Connaissance et observation sur l’évolution du littoral

L’amélioration des connaissances sur l’évolution du littoral constitue le socle indispensable pour renforcer la résilience des territoires littoraux et faire émerger de nouvelles modalités d’occupation de ces espaces changeants. La collecte, l’analyse et la diffusion de données peuvent être assurées par une grande diversité d’acteurs, certains organisés en observatoires régionaux ou locaux, mais également via les données transmises par les citoyens.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser