Un an après sa signature, l’Accord de Paris est désormais irréversible

Le Samedi 22 avril 2017

Crédits : A. Bouissou / Terra
Le 22 avril 2016, 175 pays réunis au siège des Nations unies ont signé l’Accord de Paris pour le climat, une mobilisation sans précédent pour un texte international. Depuis cette date historique, la prise de conscience de l’urgence climatique par la communauté internationale s’est concrétisée à travers une série d’avancées majeures.

Avec la ratification par 144 pays, représentant plus de 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l’Accord de Paris est désormais irréversible : suscité par la dynamique de l’Accord de Paris, le nombre record de signatures en avril 2016 a su créer un nouvel élan dans l’action climatique, accélérant le processus de ratification par les gouvernements du monde entier, pour lequel la Présidente de la COP21, s’était fortement mobilisée.

Les coalitions de l’Agenda de l’action sont opérationnelles

Les alliances lancées lors de la Conférence de Paris se déploient. C’est le cas notamment de l’Alliance solaire internationale, dont les statuts ont été adoptés, permettant d’engager rapidement les appels à projets en faveur des technologies solaires. La France a aussi grandement contribué à la mise en œuvre de l’initiative africaine pour les énergies renouvelables en identifiant 240 projets sur le continent et les 19 premiers projets ont été retenus.

La finance verte se généralise

La Coalition pour le prix du carbone, animée par la Banque mondiale, se mobilise pour inscrire une trajectoire de prix du carbone dans les stratégies des territoires, des entreprises et des gouvernements. La France a montré l’exemple en fixant un objectif de 56 € par tonne de carbone en 2020 et 100 € en 2030 (article 1er de la loi de transition énergétique), le niveau étant passé à 14,5 € , 22 € en 2016 et 30,5 € en 2017, en adoptant l’obligation de transparence des investissements (article 173) et en émettant la première obligation verte souveraine à hauteur de 7 milliards, avec plus de 23 milliards d’offres.

Les énergies renouvelables se développent

Les projets d’énergie propre connaissent une croissance sans interruption depuis plusieurs mois, avec un nouveau record d’investissements mondiaux dans l’électricité et les carburants renouvelables en 2015 (plus de 280 milliards de dollars investis). Cette transformation du modèle énergétique à l’échelle internationale a un impact direct sur l’économie : en 2015, le secteur des renouvelables a atteint un niveau record avec 8,1 millions d’emplois à travers le monde.

La société civile poursuit sa mobilisation

Les adhérents du C40, organisation qui regroupe 86 des plus grandes villes du monde, ont pris, le 2 décembre 2016, l’engagement de doter d’ici à 2020 leur ville d’un plan action climat qui permette de contenir les augmentations de températures en deçà de 1,5 °C. La communauté scientifique appuie également les actions pour lutter contre le dérèglement climatique, en particulier dans le domaine de la protection de l’océan (Plateforme océan climat, travaux du Giec, coalition internationale contre la pollution plastique…).

Une formidable dynamique est engagée depuis plus d’un an. L’objectif est de faire en sorte que l’action climatique reste à la hauteur des attentes exprimées par les peuples du monde entier.