Assises de l’économie de la mer : Emmanuel Macron annonce un "XXIe siècle maritime"

Le Jeudi 5 décembre 2019
La ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, était aux côtés du président de la République pour l'ouverture des 15e Assises de l’économie de la mer, qui ont eu lieu les 3 et 4 décembre derniers à Montpellier (Hérault). Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, étaient également présents.

Ce rendez-vous annuel de la communauté maritime, organisé par le groupe Ouest-France et le journal Le Marin, a rassemblé les décideurs français du secteur, issus du public ou du privé, pour deux jours de tables rondes, interviews et ateliers. Plus de 80 intervenants étaient présents à cette occasion pour aborder les enjeux du secteur maritime, comme le renouvellement des métiers, la formation, le Brexit, la transition écologique ou encore l'innovation.

Ouverture des Assises de l'économie de la Mer à Montpellier

Afficher la version texte de la vidéo

À Montpellier, le président de la République ouvrait ce mardi 3 décembre 2019 les Assises de l'économie de la Mer. Après un discours, il a répondu à quelques questions.

A l'occasion d'une séance de questions-réponses, Elisabeth Borne est intervenue sur trois grands thèmes : biodiversité, éolien en mer et transition écologique du transport maritime.

Biodiversité

La ministre a rappelé l’urgence à agir (deux rapports de scientifiques au contenu alarmant, l’un de l’IPBES sur la biodiversité et l’autre du GIEC sur l’océan et la cryosphère), les océans étant notre meilleur allié pour lutter contre les changements globaux en cours.
Pour cela, il faut d'abord considérer l’océan comme un bien commun, comme l’a indiqué le président de la république, et se mobiliser internationalement pour le
protéger : l'océan est l'une des priorités de la COP25 sur le climat ; un accord international (BBNJ), juridiquement contraignant, sur la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine en haute-mer doit être adopté d'ici fin 2020 ; la France est très active dans les enceintes multilatérales comme l'Organisation maritime internationale pour un transport maritime plus propre.

Agir pour l’océan, c’est aussi l’affaire d’une mobilisation nationale (réseau des aires marines protégées, plan biodiversité, objectif 0 plastique en mer d'ici 2025, etc.)

Eolien en mer

La ministre a rappelé les objectifs ambitieux en matière de développement des énergies renouvelables fixés par la loi énergie climat :

  • 33 % de la consommation d’origine renouvelable en 2030
  • 40 % d'énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030.

Le développement de l'éolien en mer est une composante majeure de cette ambition. La loi fixe ainsi un objectif d'1 GW d'éolien en mer attribué chaque année à partir de 2024.
En France, 7 projets totalisant 3,6 GW sont en développement. Le premier parc français sera mis en service en 2022 au large de Saint-Nazaire.
Il faut maintenant accélérer le développement de cette filière.

Verdissement du transport maritime

La ministre a rappelé les mesures clés déjà adoptées à l'international et notamment cette mesure fondamentale : des carburants marins plus propres dès le 1er janvier 2020, avec la réduction par 7 de la norme mondiale de soufre (qui passera de 3,5 à 0,5 %).
Au niveau national, les clés sont le soutien à l'innovation, les incitations fiscales (suramortissement) et des contrôles plus nombreux dans nos ports.
La France continue à être très active à l'OMI : projet de zone spéciale de baisse des émissions en Méditerranée ou encore mesures concrètes pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du transport maritime (réduction de la vitesse).

Le directeur des affaires maritimes au sein du ministère de la Transition écologique et solidaire était cette année encore partenaire de l'événement, qui est le rendez-vous annuel de la communauté maritime nationale.
Le directeur, délégué à la mer et au littoral, a notamment participé à un atelier sur l'héritage du Grenelle de la mer, qui célèbre cette année ses dix ans.