Les assises de la mobilité et l'atelier d'innovation : l'accessibilité par le numérique

Le Lundi 18 décembre 2017
Les aménagements d’accessibilité se déploient tant dans les transports qu’en voirie/ espaces publics ou encore dans les ERP mais l’information des usagers sur l'ensemble de la chaîne de déplacement reste encore parcellaire et non homogène.
Le numérique, tant à travers la constitution de bases de données qu’à travers leur mise à disposition via des applications, pourrait apporter l’information dont les utilisateurs ont besoin pour se déplacer et donner l'envie et le choix de sa mobilité.
Il semble indispensable d’accompagner les acteurs de l’accessibilité et en particulier, ceux en charge des « données » transport pour permettre la mise à disposition des utilisateurs finaux des informations fiables permettant de construire ses déplacements sereinement et en toute sécurité.

Les Assises Nationales de la Mobilité

Lors de son discours du 1er juillet 2017 à Rennes, le Président de la République a démontré la nécessité de renouveler la politique de transports de notre pays, afin de mieux répondre aux besoins des populations, de tirer le meilleur parti de toutes les offres, existantes ou émergentes, de résoudre les problèmes de financement et d’accélérer la transition écologique du secteur.

Pour construire cette nouvelle politique, une grande concertation a été lancée le 19 septembre 2017 en présence du Premier ministre: les  Assises nationales de la mobilité. Durant trois mois, celles-ci ont permis de préparer les grands choix en matière de mobilités qui seront traduits dans une Loi d’Orientation des Mobilités présentée au Parlement début 2018.

L’objectif des Assises était de préciser les besoins et d’identifier les leviers, afin que les mobilités du futur soient plus propres, plus connectées, plus solidaires, plus intermodale, plus sûres et plus soutenables. Les Assises se sont appuyées sur une démarche ouverte et contributive.

Elles ont donné la parole aux citoyens, au travers d’ateliers des territoires, afin qu’ils puissent exprimer leurs besoins et attentes en matière de mobilité au regard de leur expérience du quotidien, à l’expertise au travers de 6 ateliers thématiques, et la parole à l’innovation au travers d’ateliers de l’innovation. En effet, de nombreuses innovations émergent dans les mobilités, qu’elles soient organisationnelles, technologiques, industrielles, etc.

C'est pourquoi la Ministre chargée des transports a demandé à Jean-Marc Zulesi, député des Bouches du Rhône, de présider les ateliers de l'innovation de ces Assises dont la mission principale est de structurer une démarche de soutien à l’innovation, avec trois objectifs :

  • donner de la visibilité à des initiatives / bonnes pratiques,

  • identifier les conditions d’essaimage de ces bonnes pratiques, ce qui suppose de connaître les leviers et les freins,

  • construire la méthode pour accompagner dans la durée des initiatives, c’est-à-dire proposer à l’Etat une stratégie de soutien à l’innovation dans les mobilités.

Les ateliers de l’innovation s’articulent avec les ateliers d’experts et les ateliers territoriaux. L’innovation ici est centrée sur le service rendu à l’usager et l’humain qui se déplace ou non, et non pas les infrastructures ou les objets de déplacement. Dix Ateliers sont constitués pour promouvoir les conditions de la réussite du soutien à l’innovation :

  • Covoiturage courte distance

  • Mobilité active et modes doux

  • Galileo et véhicule autonome

  • Commande publique et innovation

  • Forum liberté et éthique

  • Accessibilité et numérique

  • Blockchain

  • Modèles économiques innovants

 

Cartographie des innovations

Une cartographie des innovations touchant la mobilité du quotidien est encore active par le biais d'un questionnaire. Cela permettra une analyse qui contribuera au débat (identification de signaux faibles, de bonnes pratiques, de freins à l'innovation, de potentiels leviers...).
Les innovations recherchées peuvent relever aussi bien d’avancées technologiques que de nouvelles approches organisationnelles. Si la mobilité des personnes est la cible principale, les innovations logistiques sur la mobilité des biens, qui impactent les besoins de déplacements des personnes, sont également à mentionner.

Nous vous serions extrêmement reconnaissants si vous pouviez diffuser ou remplir en ligne ce questionnaire :

    L'atelier innovation, numérique et accessibilité et les autres groupes abordant l'accessibilité

    La Délégation ministérielle à l'accessibilité a été chargé d'animer un des ateliers d'innovation organisés dans le cadre des Assises de la mobilité qui se sont déroulées entre le 19 septembre et le 13 décembre 2017. Il s'agissait de l'atelier "Innovation, numérique et accessibilité".

    Les conclusions de cet atelier ont été remises le 13 décembre à Mme Elisabeth Borne, Ministre des transport.

    Mais la dynamique ne s'arrêtera pas à cette date et les chantiers lancés seront à accompagner.

    Situation actuelle : une information numérique faible

    La plupart des collectivités et/ou des opérateurs de transports propose une application permettant de construire son itinéraire en transports en commun. Mais, généralement, ces calculateurs s’appuient sur des bases de données qui n’intègrent pas, ou peu, l’information sur l’accessibilité des réseaux et encore moins sur l’accessibilité de la voirie et des espaces publics. Enfin, la description de l’accessibilité n’est pas homogène sur l’ensemble du territoire.

    Le colloque organisé par la Délégation Ministérielle à l'accessibilité le 21 novembre 2016 abordait :

    • les limites des bases de données "accessibilité"  (présentation de Samuel Belfis du CEREMA),
    • les possibilités offertes par Transmodel, le modèle européen normalisé des données décrivant l'ensemble du monde des transports en commun (présentation de Kasia Bourrée et Christophe Duquesne). L'intérêt de ce modèle est qu'il couvre l'ensemble de la chaîne de déplacement puisqu'il est amené à décrire les établissements recevant du public - ERP (puisque les gares sont des ERP) et la voirie (les arrêts de bus étant généralement implantés sur la voirie et les espaces publics).
    • les extensions possibles de ce modèle (présentation de Gérard Uzan, Université Paris VIII)
    • les usages actuels dans le calculateur d'itinéraire Vianavigo du Syndicat des transports d'Ile de France (présentation d'Olivier Vacheret)

    Ce colloque a donné lieu à des actes disponibles ci dessous.

     

    Le cadre légal français et Européen : une opportunité à accompagner

    La mise à disposition de ces données en matière d’accessibilité est requise, quand elles existent, en droit français par les dispositions de l’article L. 1115-1 du code des transports, et en droit européen, dans le cadre du projet de règlement européen sur la fourniture de services d’information multimodale, élaboré en application de la directive ITS.

    Le projet de règlement européen sur la fourniture de services d’information multimodale va plus loin que la loi française et exige que le format de mise à disposition des données soit conforme aux normes européennes (les normes d’échanges de données Netex et Siri s’appuyant sur le modèle de données Transmodel).

    L’intérêt de ce modèle est qu’il comprend les items permettant de décrire l’accessibilité de la voirie (via l’accessibilité d’un arrêt de bus) et également des ERP (à partir des descriptions des gares).

    Ce double cadre est une opportunité pour offrir une information complète, sans couture sur l’ensemble de la chaîne de déplacement mais il nécessite un accompagnement et des outils pour outiller la norme.

    La modélisation des données accessibilité : 1er axe de travail

    La normalisation est le gage d’une harmonisation des données et d’une compatibilité des données les unes avec les autres. Il s'agit de construire un modèle des données accessibilité sur l'ensemble de la chaîne de déplacement. Le GT7 travaille à la définition d’un profil « accessibilité » dans Netex qui est le format d'échange européen au sein du modèle Transmodel / IFOPT.

    La convergence des items issus de la normalisation et des items des différentes bases de données existantes (OSM, start up, collectivités territoriales...)  doit également être assurée et l'enjeu consiste à prendre en compte tous les besoins et contraintes dans cette phase de construction de la norme.

    La première réunion de l'atelier innovation a consisté à ouvrir le groupe de normalisation AFNOR du GT 7 du mardi 10 octobre 2017.Habituellement constitué des participants suivants : experts en normalisation, représentants d’entreprises de transports et de fournisseurs de services, ), il a accueillit les personnes qualifiées suivantes : 

    • Gérard UZAN, de l'Université Paris VIII, Laboratoire THIM, Technologies, Handicaps, Interfaces et Multimodalités, appartenant à l'EA 4004 CHART (Cognition Humaine et ARTificielle), spécialiste accessibilité et normalisation ;

    • Valentine LESSER, Présidente et Jeannette CECORA, directrice, Association J’accède, acteur historique application accessibilité ERP (et un peu transport et voirie).

    • François MONIE, représentant la start-up Picto travel/Picto access

    L'objectif de la réunion :

    • Travailler la définition d'un profil « accessibilité » dans NETEX,

    • Enrichir le profil des expériences contributives,

    • Assurer un rapprochement des items sur un socle commun aux différents modèles de données,

    Le travail réalisé au cours de cette première séance conduit à :

    • Prévoir de valider le profil accessibilité pour le 16 janvier 2018, date du prochain GT7 de l'AFNOR, nécessitant entre temps, un retour des participants sur les choix des items à retenir pour début décembre et une mise en commun de ces choix mi décembre.

    • Rendre possible l'expérimentation et l'innovation :

      • tester ce profil sur une ligne de bus et son environnement immédiat.

      • tester l’intégration de ces données dans Vianavigo Lab,

      • Etendre les tests à d'autres collectivités investies dans les groupes de travail RAVI (réseau des Villes Inclusives) et Euro cities group (dont la dernière réunion s'est tenue à Toulouse le 17 octobre 2017) animés par le CEREMA afin d'établir des passerelles avec les pratiques des SIG des Collectivités territoriales,

      • Etablir des liens avec OPEN DATA FRANCE, association regroupant des collectivités leaders en matière d’open data pour leur présenter Netex et voir l’intérêt en matière de bases de données accessibilité.

    Prochains RDV :

    • jeudi 21 décembre pour partager les choix des items à retenir dans le profil accessibilité et le finaliser.

    • Décembre/janvier pour étudier la possibilité d'harmoniser les items entre les différents modèles de données des start up Le volet des données ERP reste à creuser avec les start-up qui proposent déjà des renseignements sur l'accessibilité des ERP. Les incubateurs de la SNCF et du ministère seront associés afin d'étudier également les appuis possibles.

    Si vous souhaitez participer à une de ces réunions, adressez un mail à dma.sg@developpement-durable.gouv.fr

    Les collectes de données : 2ème axe de travail

    Les collectivités territoriales seront en première ligne pour collecter et mettre à disposition les données relatives à l’accessibilité, non seulement pour les services réguliers de transport public, mais aussi pour le réseau piétonnier. Or la demande sociale est déjà exprimée.

    Face à cet enjeu,  les initiatives privées de collectes de données portées par des communautés d’utilisateurs (dont la plus grande est celle d’OSM) pourraient être une piste à explorer.

    Un séminaire s'est tenu le mercredi 8 novembre sur la collecte des données : des méthodes traditionnelles aux collectes / analyses automatisées, animé par la Fabrique des Mobilités

    Le compte rendu de cet atelier est disponible ci-dessous.

    Signalétique et guidage numérique : 3ème axe de travail

    Deux séminaires se sont tenus le 17 novembre 2017. 

    Le premier a porté sur les nouveaux outils de signalétique et guidage numérique : Beacons et LIFI

    Il s'est agit d'identifier les freins et les leviers pour garantir le potentiel des innovations en matière d’information, signalétique et guidage numérique dans les espaces publiques : indoor et outdoor.

    Le compte rendu de cet atelier est disponible ci-dessous.

    Indispensable concertation avec les acteurs associatifs du monde du handicap : axe transversal

    Les résultats de ces 4 réunions de concertation ont été présentés le mercredi 22 novembre 2017 aux acteurs représentatifs du monde du handicap, qui étaient par ailleurs invités et ont participé à certaines de ces réunions.  

    Le document présenté à cette occasion est disponible ci-dessous.

    Les start-up et les services proposés en matière d'accessibilité à la mobilité

    L'objectif final de l'ensemble de ces travaux en matière de numérique est bien de proposer des services permettant et améliorant la mobilité du plus grand nombre à travers des applications diverses et variées.

    Un recensement des services existants ou en développement et des besoins non encore couverts est en cours. Il permettra de valoriser les initiatives offrant une réelle plus-valu aux personnes handicapées et d'accompagner le construction de solutions complémentaires si besoin.

    Voici une liste non exhaustive (datée de début novembre) des acteurs (start up, associations...) actifs en matière d'information mobilité et accessibilité ainsi que des initiatives de transporteurs qui contribuant à améliorer l'accessibilité des réseaux, même en situation perturbée.

    Si vous souhaitez apparaitre sur cette liste, adressez un mail à dma.sg@developpement-durable.gouv.fr en précisant votre demande et le contact à faire apparaitre.

    Le Ministère anime un incubateur de start-up : green tech verte qui peut venir en appui des projets.

     

    Les start-up et acteurs proposant services mobilité et accessibilité

    Ces contenus peuvent aussi vous intéresser