Atlas de la biodiversité communale

Le Jeudi 22 décembre 2016
Suite à l’expérimentation réussie de certaines communes, de parcs naturels régionaux et à une proposition du secteur associatif, le ministère de l’Environnement a mis en place un programme de développement des atlas de la biodiversité communale (ABC).

Un atlas de la biodiversité communale, pour quoi faire ?

Chaque atlas de la biodiversité communale est élaboré, à l’échelle communale ou intercommunale, à partir d’un inventaire précis et cartographié des habitats, de la faune et de la flore, avec l’appui d’une équipe d’experts pluridisciplinaires. Ces atlas ont pour objectifs de :

sensibiliser et mobiliser les élus, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la biodiversité ;

mieux connaître la biodiversité sur le territoire d’une commune et identifier les enjeux spécifiques liés ;

faciliter la prise en compte de la biodiversité lors de la mise en place des politiques communales ou intercommunales.

En quoi consiste un atlas de biodiversité communale ?

L’élaboration d’un atlas de la biodiversité communale comporte plusieurs volets :

réunir l’ensemble des acteurs locaux (élus, acteurs socio-économiques, grand public, scolaires, associatifs, etc.) afin de partager les connaissances déjà disponibles sur la biodiversité de la commune, de les sensibiliser à la biodiversité et de permettre à chacun de se mobiliser ;

compléter les connaissances en matière de biodiversité. Il s’agit notamment d’inventorier et cartographier la biodiversité, grâce à l’intervention de professionnels ou d’associations naturalistes, mais aussi de susciter la participation du grand public à des programmes de sciences participatives ;

identifier les actions à mettre en œuvre pour protéger et valoriser la biodiversité et améliorer la prise en compte des enjeux en matière de biodiversité dans les politiques communales ou intercommunales.

Qui peut élaborer un atlas de la biodiversité communale ?

L’atlas de la biodiversité communale concerne toutes les communes et intercommunalités.

Les collectivités désireuses de se lancer dans la démarche peuvent se faire connaître en remplissant le questionnaire de volontariat pour rejoindre la démarche ABC.

Afin d’accompagner la démarche, un guide méthodologique est mis à disposition des collectivités. Il s’agit d’un document permettant de s’approprier ce que sont les atlas de la biodiversité communale et leurs atouts.

Commencer financer un atlas de la biodiversité communale ?

La dynamique des atlas de la biodiversité communale perdure grâce au soutien et à la motivation d'acteurs privés : le Fonds de dotation pour la biodiversité, la Fédération des parcs naturels régionaux, l'Union nationale des Centre permanent d'initiatives pour l'environnement, la Ligue de protection des oiseaux, etc.

L'élaboration d'un atlas de la biodiversité communale fait aussi partie des actions qui peuvent être financés dans le cadre des programmes des territoires à énergie positive pour la croissance verte.

Dès 2017, l’Agence française pour la biodiversité devrait apporter son soutien pour l’élaboration d’atlas de la biodiversité communale par des communes et des intercommunalités.

Les territoires à énergie positive pour la croissance verte bénéficient du soutien du fonds de financement de la transition énergétique. Ce document présente de nouvelles actions financées en matière de biodiversité, selon divers objectifs : connaissance, préservation, qualité de vie, atténuation des effets du changement climatique, santé, prévention des risques naturels...

Quelques pistes pour aider à la réalisation d’un atlas de la biodiversité communale

Jeunes en service civique

Le service civique permet à tous les jeunes de 16 à 25 ans qui le souhaitent de s’engager pour une mission au service de la collectivité et de l’intérêt général. Il donne lieu au versement d’une indemnité mensuelle de 467,34 euros nets par mois prise en charge par l’État et ouvre droit à un régime complet de protection sociale (sécurité sociale, retraite).

Dans le cadre des atlas de la biodiversité communale, chaque commune peut accueillir, par période de 12 mois, 2 ou 3 jeunes en service civique pour renforcer la dynamique locale et la mobilisation citoyenne. L’agrément de l’Agence nationale du service civique est nécessaire. 

Portrait de biodiversité communale

Dans le cadre de l’Observatoire national de la biodiversité, le portrait de la biodiversité communale est un document réalisé au niveau national pour chaque commune, regroupant les connaissances publiques disponibles et mobilisables à l'échelle nationale en matière de biodiversité (état, évolutions passées) ou ayant un impact sur la biodiversité (habitats, qualité des milieux naturels, espaces protégés, pressions, risques). Il n'a pas vocation à fournir une interprétation des informations qu'il contient, mais à les présenter afin d’établir un état des lieux et de susciter l'intérêt, la réflexion et le débat localement. Il ne vise pas à l’exhaustivité mais à la synthèse. Il est en cours de validation et devrait être disponible fin 2017 pour chacune des communes françaises. Il peut sur demande être produit dans une version expérimentale.

Le Collectif national sciences participatives – biodiversité

Le Collectif national sciences participatives - biodiversité (Collectif national SPB) est co-animé par la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH) et l'Union nationale des centres permanents d'initiatives pour l'environnement (UNCPIE). Constitué de 20 structures, ce collectif coordonne et anime les acteurs qui portent des programmes de sciences participatives liés à la biodiversité en France : annuaire des démarches existantes, rencontres nationales, guide... Il est le partenaire du Système d’information sur la nature et les paysages (SINP) et de l'Observatoire national de la biodiversité (ONB) pour développer une contribution accrue de ces démarches à la mobilisation des connaissances sur la biodiversité.

Ces actes recueillent les présentations et échanges qui se sont déroulés au cours du premier colloque des Atlas de la biodiversité communale qui s’est tenu en septembre 2015 à Saint-Brieuc. Organisé par l’association VivArmor Nature, le ministère de l’Environnement, l’Institut de formation de l’environnement (IFORE), l’Institut de géoarchitecture et la ville de Saint-Brieuc, ce colloque a rassemblé 350 acteurs de métropole et d’outre-mer (collectivités, associations, professionnels, étudiants, etc.). De nombreux retours d’expériences ont montré comment l’atlas de la biodiversité communale peut aider les collectivités à agir et faire de la biodiversité le socle de leur projet de territoire. Un des éléments importants de ces échanges fut la mise en lumière de l’apport des sciences participatives dans la démarche, afin de sensibiliser et d’engager tous les habitants des communes à préserver et valoriser leur patrimoine naturel.