Brune Poirson était cet après-midi à la rencontre des élus de Seine-et-Marne pour un point de situation sur les crues

Le Vendredi 2 février 2018

 « La situation météorologique est désormais plus calme et c’est essentiellement la propagation des ondes de crues qui est sous surveillance » a assuré la secrétaire d’État, en déplacement à Condé-Sainte-Libiaire (Seine-et-Marne), où une décrue durable s’est amorcée.

Voici le détail de la situation francilienne en ce vendredi :

En amont de Paris
Le secteur allant de la Seine troyenne jusqu’à la confluence avec l’Yonne est maintenu en vigilance orange. Le niveau de la Seine commence à baisser très lentement dans ce secteur. L’onde de crue amont va continuer à se propager vers l’aval les jours prochains, occasionnant une petite hausse sur la Seine moyenne, entre Montereau et Alfortville.
L’Aube voit son niveau baisser lentement et n’inspire plus d’inquiétude. L’Yonne et le Loing sont en vigilance verte.
Sur la Marne, les ondes de crue issues des précipitations de mercredi et des crues plus anciennes à l’amont ont toutes dépassé ou atteint la ville de Condé-Sainte-Libiaire, en amont de laquelle une décrue durable est amorcée. En aval, les niveaux continuent à monter, à Chalifert, Gournay ou Créteil. Cette hausse du niveau de la Marne aval nous conduit vers des valeurs nettement supérieures à celles enregistrées en début de semaine. A Gournay, la Marne franchit les murettes de protection contre les inondations depuis la fin de la nuit et va monter encore d’une quinzaine de centimètres d’ici demain. La décrue sera lente du fait de l’arrivée progressive des différentes ondes de crue issues de la partie amont. A Gournay, elle sera perceptible dimanche et à Créteil, en début de semaine prochaine.
Sur la partie amont de la Marne, la décrue est amorcée.

A Paris
Le 2 février à 12 heures, la cote de la Seine au pont d’Austerlitz est de 5,35 m et repart lentement à la hausse sous l’influence de la situation en amont, et notamment celle de la Marne. Le niveau à cette station pourrait regagner une vingtaine de centimètres dans les prochains jours, en restant nettement en dessous de ceux enregistrés au début de cette semaine et avant de repartir à la baisse en début de semaine prochaine.

A l’aval de Paris
La propagation des crues se poursuit lentement en aval de Paris. Dans le secteur des boucles de la Seine, le débit du fleuve reste soutenu par l’Oise et l’influence de la crue de la Marne va conduire à une stabilisation du niveau pendant le week-end, avant une reprise de la décrue la semaine prochaine. Les niveaux atteints sont supérieurs à ceux de la crue de juin 2016 et comparables à ceux de la crue de mars 2001.
Au-delà de Poses, la Seine est sous influence marine et reste en vigilance orange.
De Vernon à la boucle d’Elbeuf, les débordements sont importants et supérieurs à ceux enregistrés en juin 2016.
Compte tenu des forts coefficients de marée encore présents aujourd’hui et demain, les niveaux d’eau restent élevés aux pics de pleine mer sur le secteur de Caudebec à Rouen, où les débordements sont comparables à ceux observés hier et la nuit dernière. Ils sont proches de ceux mesurés lors du passage de la tempête Eleanor début janvier 2018.
Les comportements de prudence restent de rigueur à proximité de tous les cours d’eau en crue.

La nécessaire vigilance de chacun en cas de crue :

Les crues représentent un danger réel et certains conseils de comportement sont à rappeler :
- ne jamais s’engager sur une route inondée à pied comme en voiture : c’est la force de l’eau qui est dangereuse. Un véhicule est emporté dans 30 cm d’eau y compris les 4 × 4,
- éviter les parcours susceptibles d’être inondés,
- ne pas descendre dans un sous-sol en cours d’inondation, il y a un risque d’y rester piégé,
- ne jamais s’approcher des berges d’un cours d’eau en crue, elles sont très glissantes et peuvent être fragilisées,
- bien s’informer des messages des autorités (forces de l’ordre, services de secours),
- être vigilant vis-à-vis de ses proches et des personnes fragiles de son entourage.