Centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle) : le ministère de la Transition écologique et solidaire lance l’élaboration d’un projet de territoire avec toutes les parties prenantes

Le Vendredi 8 février 2019

Afin d’accompagner au mieux la mise en œuvre de la fermeture prochaine de la tranche à charbon de la centrale de Saint-Avold et la construction d’un projet de territoire en Moselle, un comité de pilotage a été installé le 4 février dernier sous la présidence de la préfecture de Moselle associant toutes les parties prenantes.

« Il est essentiel que tout le monde se mette autour de la table pour engager ce travail de transformation du territoire. L’État est pleinement mobilisé pour appuyer cette démarche, puisqu’un délégué interministériel vient d’être nommé pour y contribuer, en étroite coordination avec le Préfet. » tient à souligner François de Rugy.

« L'urgence climatique nous oblige à sortir de la dépendance aux énergies fossiles. L'engagement du travail pour penser l'après-charbon avec tous les acteurs locaux permettra d'établir un projet d'avenir juste et solidaire pour donner un nouveau souffle au territoire. Nous serons attentifs à ce que le territoire soit accompagné dans sa reconversion et s'engage dans un nouveau modèle de développement pérenne.» souligne Emmanuelle Wargon.

Un comité de pilotage a été installé le 4 février sous la présidence du préfet de la Moselle, associant toutes les parties prenantes, à l’élaboration d’un projet de territoire :
•    Les collectivités locales : les présidents des quatre établissements publics de coopération intercommunale et les maires concernés, des représentants du département et de la région
•    Les parlementaires
•    Les représentants du secteur économique et acteurs du développement économique : UNIPER, les chambres consulaires, Chemesis, les branches professionnelles, Grand E-Nov, la Banque des Territoires
•    Les organisations syndicales
•    Les associations de défense de l’environnement
•    Les services et agences de l’État

Après une discussion sur les enjeux du territoire, des projets et initiatives ont été présentés, tant par les élus que par des opérateurs économiques (Total Développement Régional et UNIPER notamment). Un échange avec l’ensemble des participants a permis de commencer à identifier des pistes de travail.

Celles-ci seront approfondies au cours des prochains mois, afin d’élaborer, d’ici l’été, avec l’ensemble des parties concernées, un projet stratégique permettant d’accompagner le territoire et d’anticiper sur les conséquences de l’arrêt de la tranche à charbon, dans ses différentes composantes.
Plusieurs groupes de travail partenariaux seront installés d’ici la fin du mois sur les thématiques identifiées, et en particulier sur : le développement économique et l’emploi, les enjeux environnementaux (eau, tourisme vert…), les mobilités et ainsi que la transition énergétique et l’innovation.

Pourquoi fermer la centrale à charbon de Saint-Avold ?
Conformément aux engagements de campagne du Président de la République, confirmés à l’occasion de la présentation du Plan Climat en juillet 2017 et de la présentation de la Stratégie française pour l’énergie et le climat en novembre 2018, le Gouvernement souhaite mettre fin à la production d’électricité issue du charbon sur le sol français, d’ici 2022.
Cette décision est motivée par un impératif climatique et par la volonté de s’engager vers un modèle de production énergétique décarboné et durable. L'enjeu est d’éviter environ 10 millions de tonnes de CO2 par an, soit les émissions annuelles de 4 millions de voitures.