Commerce de l’ivoire : Nicolas Hulot somme l’Union européenne d’agir

Le Vendredi 27 juillet 2018

Crédits : A. Bouissou / Terra
Le plan biodiversité, présenté le 4 juillet 2018 par le ministre d’Etat Nicolas Hulot, prévoit de « renforcer la lutte contre le trafic des espèces aux niveaux européen et international ». Dans une lettre cosignée, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Luxembourg demandent à la Commission européenne de renforcer sa réglementation sur le commerce de l’ivoire.

La situation des populations d’éléphants d’Afrique est extrêmement préoccupante. Pour y répondre, il est nécessaire de maintenir la dynamique internationale de fermeture des marchés nationaux de l’ivoire pour mettre fin au braconnage de l'éléphant.

Ainsi, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a récemment co-signé avec ses homologues britannique, allemand et luxembourgeois, un courrier adressé à la Commission européenne, afin de renforcer la réglementation européenne du commerce de l'ivoire, comme c'est déjà le cas en France.

« Cela fait presque deux ans que la Conférence des Parties à la CITES a demandé la fermeture de tous les marchés domestiques de l’ivoire qui contribuent au braconnage des éléphants et au commerce illégal de spécimens d’éléphants. Certains Etats membres de l’Union européenne ont déjà pris des mesures supplémentaires pour restreindre leur marché intérieur de l’ivoire […]. Le monde attend désormais de l’Union européenne, reconnue comme un acteur clé pour le commerce de l’ivoire d’éléphant, qu’elle agisse. »
Nicolas Hulot