Le congrès européen des transports intelligents : un secteur en pleine évolution

Le Mardi 20 juin 2017

Crédits : A. Bouissou/Terra
Le congrès européen des systèmes de transports intelligents (STI) se déroule à Strasbourg du 19 au 22 juin 2017. Le ministère chargé des Transports y est représenté sur un espace France aux couleurs de la démarche Mobilité 3.0. L'occasion de présenter Scoop, un projet de déploiement massif de 3000 véhicules équipés de technologies de communication coopératives.

Le congrès STI présente la mobilité de demain

Cet événement, reconnu au niveau international, rassemble pendant quatre jours près de 3000 acteurs issus de l’industrie, de la recherche, des autorités publiques, des gestionnaires d’infrastructure, des associations d'utilisateurs.Tous collaborent à développer et déployer les meilleures solutions de mobilité de demain.

Le ministère chargé des Transports ainsi que ses partenaires, acteurs du transport intelligent en France (Cerema, Ifsttar, IGN...), sont présents au congrès afin d’y présenter plusieurs projets dont Scoop.

Le projet Scoop

Qu’est-ce que c’est ?

Scoop est un projet de déploiement pilote de systèmes de transport intelligents coopératifs, c’est-à-dire basés sur l’échange d’informations entre véhicules et entre le véhicule et la route. Les véhicules sont équipés d’unités embarquées qui transmettent les événements détectés automatiquement par les capteurs du véhicule (route glissante, choc, freinage brusque…) aux véhicules en amont ainsi qu’au gestionnaire de la route. Le gestionnaire peut aussi transmettre des informations aux unités embarquées dans les véhicules.

Quel déploiement pour ce projet ?

Le projet vise à déployer 3000 véhicules sur 2000 km de routes répartis en cinq sites : Île-de-France, autoroute A4, Isère, rocade de Bordeaux et Bretagne. Il a été lancé en 2014 et doit s’achever en 2018. Il fait l’objet d’une subvention de l’Union européenne à hauteur de 50%. SCOOP rassemble de nombreux partenaires publics et privés autour du ministère.

Quel délai ?

Il est organisé en deux vagues. La première vague (2014-2017) est centrée sur des services d’alertes sur les chantiers et sur les événements inopinés et dangereux, ainsi que sur la collecte de données pour le gestionnaire.
La seconde vague (2016-2018) inclut de nouveaux services et explore les possibilités d’une technologie mixte Wi-Fi/cellulaire où le cellulaire (3G/4G) prend le relais du Wi-Fi dans les zones non couvertes par les unités bord de route. Les spécifications sont en cours de rédaction. Scoop est aussi un projet européen :  des tests croisés sont organisés avec l’Autriche, l’Espagne et le Portugal pour contrôler l’interopérabilité des systèmes.

L'expertise française