Construire le transport aérien de demain

Le Vendredi 19 avril 2019
La Stratégie nationale du transport aérien est le fruit d’une concertation sans précédent dans le cadre des Assises nationales du transport aérien qui se sont déroulées entre mars 2018 et octobre 2019. En fixant un cap à moyen terme, 2025, cette stratégie intègre les changements profonds qu’ont déjà connus les transports et notre mobilité et pose les bases d’une réflexion de plus long terme visant à anticiper pleinement les défis du transport aérien de demain.

Une stratégie pour construire le transport aérien de demain

Le contexte dans lequel se développe le transport aérien est porteur d’immenses défis : maîtrise de son impact environnemental, compétitivité, désenclavement des territoires et continuité territoriale, maillage aéroportuaire, sûreté, emploi et formation, facilitation du parcours du passager, dialogue social, innovation de rupture, transition énergétique ou encore simplification administrative et opérationnelle.

Pour faire face à tous ces enjeux, et sur la base des travaux des Assises nationales du transport aérien, le Gouvernement a souhaité inscrire son action sur le temps long et partager ses objectifs avec l’ensemble des acteurs du secteur, en adoptant la première Stratégie nationale du transport aérien à l’horizon 2025.
Portée par une vision ambitieuse, celle d’assurer le développement durable d’un transport aérien français performant et compétitif au niveau international et outil de connectivité mondiale pour chacun de nos territoires, la stratégie se décline en quatre axes :

  • axe stratégique n°1 : participer pleinement à la transition écologique et assurer un développement durable de l’aviation dans notre pays et dans le monde ;
  • axe stratégique n°2 : assurer les conditions favorisant la performance du transport aérien français pour lui permettre de tirer le plein bénéfice économique de la croissance du trafic mondial ;
  • axe stratégique n°3 : connecter efficacement nos territoires aux flux du trafic aérien ;
  • axe stratégique n°4 : préparer le transport aérien de demain.

Retour sur les travaux des Assises nationales du transport aérien

Les présents rapports ont vocation à rendre compte de l’ensemble des travaux par axe thématique. L’objectif est de rassembler de manière exhaustive toutes les idées et attentes qui ont été exprimées, sans préjuger des orientations qui sont retenues.

Rapport des travaux de la performance environnementale

Les travaux ont abordé toutes les facettes de cet enjeu : changement climatique, bruit, qualité de l’air, biodiversité et performance environnementale des aéroports.

Rapport des travaux de la performance économique

Tous les facteurs influant sur la performance économique du transport aérien ont été explorés : les sujets de fiscalité, de régulation des redevances aéroportuaires, d’allègement et de simplification administrative, réglementaire et opérationnelle, de droits de trafic et de performance de la navigation aérienne.

Rapport des travaux de la performance aux services des territoires

La réflexion a porté sur le rôle et la place du transport aérien dans le désenclavement des territoires et dans la politique nationale des transports et de l’aménagement du territoire. Une place spécifique a été réservée à la question de la connectivité des territoires ultramarins.

Rapport des travaux de la performance et de l’innovation au service des passagers

La croissance du trafic et la pression de la menace terroriste ont conduit à réfléchir à la facilitation du flux passagers et à l’amélioration la qualité de service dans les aéroports, notamment en termes de réduction des temps d’attente aux contrôles aux frontières. Les travaux ont souligné l’importance des nouvelles technologies et la force de l’innovation.

Rapport des travaux de la performance sociale

Les travaux ont permis de dégager des pistes de travail prometteuses dans les domaines de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Ils ont également permis d’aborder des sujets importants tels que la simplification et l’évolution du droit ou encore la fraude sociale.