Contrôle technique : le point au 1er juillet 2019

Le Jeudi 27 juin 2019

Crédits : L. Mignaux / Terra
A partir du 1er juillet 2019, sur les voitures roulant au diesel, le contrôle des fumées émises par le pot d’échappement est renforcé lors du contrôle technique. Pourquoi cette évolution ? Que va-t-elle changer concrètement ? Cathy Bieth, chargée du pilotage du contrôle technique au ministère, nous apporte des éléments de réponse.

Questions / réponses sur le contrôle technique

En quoi consiste l’évolution apportée au contrôle technique au 1er juillet 2019 ?

Les examens réalisés lors du contrôle technique restent inchangés. Mais depuis le 1er juillet 2019, sur les voitures roulant au diesel, le contrôle des fumées émises par le pot d’échappement est renforcé. Lorsqu’une voiture neuve arrive sur le marché, son constructeur s’engage à ce que la voiture ne dépasse pas un certain seuil de pollution tout au long de sa vie. Si les fumées sont trop opaques, c’est-à-dire si elles contiennent trop de particules fines, le propriétaire du véhicule sera amené à y faire des réparations afin de décrasser son moteur. 

Pourquoi cette évolution ?

L’objectif est de diminuer la pollution émise par la circulation de l’ensemble du parc automobile, et en particulier d’identifier les véhicules qui émettent bien plus de particules que la limite autorisée, soit à cause d’un filtre à particules (FAP) endommagé, soit à cause d’un FAP retiré. Retirer son filtre à particules représente d’ailleurs une fraude et peut, à ce titre, être sanctionné.

Qu'est-ce que cela change pour moi en tant que particulier ?

Si vous roulez à l’essence, absolument rien.

Si vous roulez au diesel avec un véhicule bien entretenu, vous ne serez pas impacté par cette évolution. Entretenir correctement votre voiture vous garantit non seulement de pouvoir rouler en toute sécurité, mais vous permettra aussi d’en maîtriser la consommation.

Si votre véhicule diesel est ancien et encrassé ou dépourvu de filtre à particules, il y a des risques que les fumées émises dépassent le seuil de pollution autorisé. Si c’est le cas, vous pourriez être amené à faire réaliser des réparations sur votre véhicule ainsi qu’une contre-visite.

Comment se préparer au contrôle technique pour pouvoir le réussir ?

Faire régulièrement la vidange de votre véhicule et le faire contrôler tous les 15 000 km suffisent à entretenir le moteur correctement.

Le contrôle technique va-t-il coûter plus cher ?

Non, les prix du contrôle technique ne devraient pas augmenter car ce contrôle est déjà réalisé.

La durée de visite va-t-elle augmenter ?

Absolument pas puisque ce contrôle est déjà réalisé.

Toutes les informations relatives au contrôle technique

En France, le contrôle technique est obligatoire pour les véhicules légers comme pour les véhicules lourds. Cet examen, effectué sans démontage sur les organes essentiels du véhicule, permet d’identifier les défaillances susceptibles de porter atteinte à la sécurité des usagers de la route et à l’environnement.

[Infographie] Le contrôle technique des véhicules

[Infographie] Le contrôle technique des véhicules

Afficher la version texte de l'infographie

Le contrôle technique des véhicules

Obligatoire pour tous les véhicules en France, il permet d’identifier les défaillances pouvant porter atteinte à :

  • la sécurité ;
  • l’environnement.

Sur une voiture particulière, il porte sur 133 points répartis en 9 fonctions :

  • Châssis et accessoires : carrosserie, portes et poignées, sièges, plancher…
  • Nuisances : bruit, émissions à l’échappement, pertes de liquide
  • Essieux, roues, pneus, suspension
  • Direction
  • Equipements de freinage
  • Identification du véhicule
  • Feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques
  • Visibilité : vitres, rétroviseurs, essuie-glaces, système de désembuage…
  • Autres équipements : ceintures de sécurité, airbag, indicateur de vitesse…

3 résultats :

« favorable » : défaillances mineures

 

Pas de contre-visite nécessaire

« défavorable pour défaillances majeures » : contrôle valide pendant 2 mois

 

2 mois pour faire réparer les défauts et se présenter à la contre-visite

« défavorable pour défaillances critiques » (danger immédiat pour la sécurité routière et l’environnement) : : contrôle valide le jour même 

Les véhicules utilitaires légers, véhicules de dépannage, véhicules sanitaires, véhicules-écoles, taxis, VTC, poids lourds, autobus, autocars et véhicules de transport de matières dangereuses font l'objet de contrôles complémentaires.