Elisabeth Borne fixe de nouvelles obligations de service public pour les liaisons aériennes Limoges-Paris et Limoges-Lyon

Le Jeudi 31 mai 2018

Elisabeth BORNE, Ministre chargée des Transports, annonce la parution ce matin au Journal Officiel de deux arrêtés fixant de nouvelles obligations de service public sur deux liaisons aériennes au départ de Limoges, à destination de Paris et de Lyon.

Ces nouvelles obligations répondent à une ambition partagée par les élus du territoire et par le Gouvernement. Elles garantiront aux passagers une meilleure qualité de service, avec en particulier des avions de plus grande capacité entre Limoges et Paris puisque le nombre de sièges proposés pourra être doublé par rapport à l’offre actuelle, permettant également une politique tarifaire plus attractive. Pour la liaison Limoges-Lyon, opérée actuellement sans aucune obligation, cet arrêté permet d’en sécuriser l’exploitation en imposant des obligations de service public calquées sur l’offre actuelle, aussi bien en termes de fréquences que de capacité de l’appareil.

La publication de ces nouvelles obligations ouvre par ailleurs la voie à la mise en place, à compter du 1er janvier 2019, de délégations de service public sur ces deux liaisons. Le Ministère des Transports accompagnera le syndicat mixte de l’aéroport de Limoges Bellegarde lors des différentes étapes de la procédure européenne afin de faire aboutir cette démarche.

La Ministre a toujours soutenu la démarche des élus du territoire du Limousin, qui avaient sollicité l’aide du Gouvernement  pour améliorer la desserte aérienne de leur territoire. Ces demandes font notamment suite aux recommandations du rapport de Michel DELEBARRE remis en juillet 2017 sur le désenclavement du Limousin et des territoires limitrophes.

Pour Elisabeth BORNE, « nous assurons, avec la publication de ces nouvelles obligations, la pérennité de liaisons aériennes répondant aux besoins de Limoges et de sa région. L’exemple de Limoges préfigure pour moi ce que doit être une politique de transport aérien au service du désenclavement et du développement économique des territoires. Ces liaisons, dites d’aménagement du territoire, constituent à ce titre une alternative rapide et efficace à de grandes infrastructures beaucoup plus coûteuses et longues à réaliser ».