Les émissions gazeuses liées au trafic aérien

Le Mardi 4 octobre 2016
Entre 2000 et 2016, grâce à une amélioration de l’efficacité énergétique des avions, la croissance des émissions de CO2 du transport aérien intérieur a été limitée à 7,1% pour un nombre de passagers équivalents-kilomètres-transportés en augmentation de 46 %. On observe sur cette période une décroissance moyenne de - 1,9 % par an des émissions de CO2 unitaires liées au trafic aérien. Chaque année, la DGAC fournit une évaluation des émissions en France liées au transport aérien commercial et met à la disposition des acteurs intéressés un ensemble de fiches pour les émissions gazeuses des douze aéroports métropolitains les plus importants en passagers. L’objectif est d’aider ceux-ci à constituer les bilans des émissions carbonées liées aux mouvements d’avions, et plus généralement de fournir une information précise au public intéressé par cette question.

Les émissions gazeuses liées au trafic aérien - Données 2016

Depuis quelques années, la DGAC, très impliquée dans la lutte contre les nuisances liées à l’aviation, réalise le calcul des émissions de CO2 imputables à l’activité de l’aviation commerciale en France. Elle utilise pour cela une méthode qui permet de quantifier les émissions de CO2 par mouvement selon le type d’avion, le type de moteur, la liaison (origine-destination), etc.
Ces travaux ont d’ailleurs permis l’élaboration de l’outil de calcul des émissions par vol et qui permet à tout voyageur de connaître les émissions de CO2 liées à son vol.

Quelques chiffres clés illustrent le poids du secteur aérien dans les émissions de CO2 et mettent en évidence les progrès continus du secteur en matière de lutte contre les émissions polluantes et de gaz à effet de serre :

  • le transport aérien intérieur français est à l’origine de 1,4 % des émissions de CO2 de la France. Il représente 3,5% du secteur des transports ;
  • en 2016, les émissions totales de CO2 du secteur aérien en France se sont élevées à 22 millions de tonnes ;
  • entre 2000 et 2016, le nombre de passagers équivalents-kilomètres-transportés a augmenté de 46 % tandis que la croissance des émissions de CO2 du transport aérien en France a été limitée à 7,1% ; depuis 2000, les émissions de CO2 unitaires (en kg de CO2 / passagers équivalent km transporté) liées au trafic intérieur sont en nette diminution (-24%) : 4,2 millions de tonnes de CO2 en 2016 contre 6,1 en 2000, ce qui correspond à une baisse des émissions unitaires de 1,7 % en moyenne par an. Au-delà des gains d’efficacité énergétique, le report modal au bénéfice du TGV a participé à ces résultats. Une baisse du trafic aérien intérieur est attendue pour les prochaines années sur les liaisons desservies par le TGV ;
  • les émissions du transport aérien international en 2016 (16,1 millions de tonnes de CO2) représentent 79 % des émissions totales du transport aérien en France et sont quant à elles, en progression de 20% par rapport à 2000, pour un trafic en croissance de 58% en termes de passagers équivalents-kilomètres-transportés.