Emmanuelle Wargon réunit les acteurs de la filière méthanisation pour accélérer son développement dans l’hexagone

Le Lundi 14 janvier 2019
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, a réuni à nouveau le groupe de travail sur la méthanisation pour effectuer un suivi des mesures destinées à accélérer le développement de cette filière.

Cette réunion organisée le 14 janvier 2019 par la secrétaire d’Etat a réuni les participants du groupe de travail sur la méthanisation et a permis de faire un bilan des actions décidées le 26 mars 2018 lors de la précédente réunion du groupe de travail.

Elle a été l’occasion de partager les nombreuses avancées visant à favoriser le développement de la méthanisation, en particulier :

  • l’assouplissement des conditions de mélange des déchets avant méthanisation, sauf lorsqu'il s'agit de biodéchets ;
  • la simplification de la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement ;
  • l’élargissement des possibilités de sortie de statut de déchet des digestats ;
  • la simplification de la réglementation « loi sur l’eau » ;
  • la réfaction des coûts de raccordement des installations de méthanisation au réseau de transport de gaz naturel ;
  • l’utilisation du bioGNV par les engins agricoles.

Les travaux se poursuivront dans les prochains mois afin d’assurer la mise en œuvre des dernières actions décidées dans le cadre de ce groupe de travail. En particulier, le droit à injection du biométhane dans le réseau de gaz sera rendu pleinement opérationnel d’ici le printemps 2019.
Emmanuelle Wargon s’est félicitée du lancement dévoilé à cette occasion par le Club biogaz du label Qualimétha « conception et construction des installations de méthanisation », qui contribuera au renforcement des démarches de qualité permettant de professionnaliser la filière de la méthanisation.

La méthanisation : valoriser les déchets pour enrichir les sols

La méthanisation est un processus biologique qui permet de produire du biogaz (méthane) à partir de biodéchets et de l’utiliser comme source d’énergie avec un retour au sol du digestat (résidu de méthanisation).

Avec 646 installations au 30 juin 2018 (+57 depuis le début de l’année), cette filière en fort développement présente la particularité de se trouver au croisement de plusieurs enjeux : l’énergie (valorisation du biogaz sous forme d’électricité, de chaleur, de biométhane injecté dans les réseaux de gaz naturel ou de biocarburant), la gestion des déchets (valorisation de la matière organique et réduction de la mise en décharge), le climat (diminution des gaz à effet de serre par captation de méthane et substitution au gaz naturel) et l’agriculture (complément de revenu pour le monde agricole).