Entreprise Le Relais : l'engagement social, environnemental et solidaire

Le Mercredi 31 mai 2017
Le Relais - Collecte par un salarié du contenu d'un conteneur
Crédits : A. Bouissou/Terra
On les croise dans l’espace public ou sur les parkings des grandes surfaces, les conteneurs du Relais font désormais partie du paysage urbain. Mais qu’y a-t-il derrière les bornes de collecte qui accueillent nos vêtements usagés ou surnuméraires ?

[Vidéo] Le Relais : une économie sociale, circulaire... et durable

Afficher la version texte de la vidéo

Rencontre avec les acteurs du Relais Bretagne. Depuis plus de 30 ans, Le Relais agit pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, en offrant des emplois locaux et durables. Aujourd’hui Le Relais est le leader français dans la collecte et la valorisation du textile.

4 questions à Pierre Duponchel, fondateur et président de l’entreprise

Vous appliquez un modèle d’économie circulaire. Concrètement, ça veut dire quoi pour vous ?

Pour nous c’est un peu comme monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir. Nous nous sentons très proches du concept d’économie circulaire, c’est un mode de fonctionnement que nous avons spontanément adopté dès l’origine. À partir d’une matière première – le textile – dont les gens se débarrassent, nous donnons une seconde vie au produit, comme vêtement dans nos boutiques ou comme matériau, le Métisse, un isolant thermo-acoustique pour le bâtiment d’une haute valeur environnementale. Nous avons une utilité économique, une utilité sociale et aussi environnementale puisqu'il y a préservation de matière première : là encore, sans le savoir, nous marchions sur les « trois jambes » du développement durable !

Justement, votre marque de fabrique c’est que vous faites aussi le pari de l’économie sociale et solidaire ?

Cette activité du Relais permet, en recyclant les déchets au lieu de les mettre en décharge, de créer les emplois nécessaires à la collecte et au tri, puis aux boutiques etc. L’entreprise existe depuis une trentaine d’années et emploie 2000 personnes en France et 800 en Afrique réparties sur le Burkina Faso, le Sénégal et Madagascar. D’où la formule (50 x30) un emploi créé par semaine ! En réalité, nous connaissons depuis 5 ou 6 ans une accélération du développement et nous sommes quasiment passés d’un à 3 emplois par semaine.

Comment voyez-vous votre entreprise évoluer dans le futur ?

La filière a encore des marges de progression. Le marché est estimé à 600 000 tonnes par an. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a appuyé la mise en place d’un éco-organisme pour arriver au traitement d’au moins 300 000 tonnes, soit 50 % de ce marché. Aujourd'hui nous sommes passés de 70 000 à 220 000 tonnes collectées. C’est-à-dire qu’il y a encore un gisement d’environ 100 000 tonnes à aller chercher. Ce qui veut dire des poses de conteneurs, des centres de tri et des boutiques, de la recherche aussi car, comme le Métisse, il y a sans doute d’autres produits près d’émerger, mais qui nécessitent encore des efforts de recherche et développement longs et coûteux. J’espère trouver les moyens de nous renforcer, car ce qui est en jeu c’est un millier d’emplois à créer en France.

Une dernière question, plus personnelle : vous vous êtes lancé dans cette aventure, un peu seul, il y a 30 ans, pourquoi ?

Pour la même raison qui m’anime aujourd'hui encore : le souhait de me sentir utile, de créer de l’emploi pour des gens qui sont en difficulté, le refus de la fatalité du chômage. Le Relais n’est pas né de l'intention de pratiquer une économie circulaire ou par souci environnemental, etc., ça c’est l’outil. La volonté première était d’apporter une réponse humaine à un problème humain, en s’inscrivant dans le marché et en tenant compte de la nécessité de créer des ressources pour financer des emplois. C’est cela l’origine du Relais, son ADN, sa raison d’être. C’est ce qui explique que nous sommes aujourd'hui plus de 2 000 personnes à venir au travail tous les matins.

En images : Le Relais, l'engagement social, environnemental et solidaire

LE RELAIS