États généraux de l’alimentation : pour une alimentation durable et accessible à tous

Le Jeudi 20 juillet 2017

Crédits : Emmanuel Macron / Twitter
Comment accompagner la transformation de notre agriculture ? Comment rémunérer plus équitablement les producteurs ? Comment soutenir des modes de consommation plus responsables ? Toutes ces questions sont abordées pendant les États généraux de l’alimentation (EGA) qui ont été lancés le 20 juillet dernier. Organisés en deux chantiers thématiques sur la création et la répartition de la valeur et sur l’alimentation saine, sûre, durable et accessible, les EGA se déroulent jusqu’à la fin du mois de novembre.

Mercredi 11 octobre : lancement du deuxième chantier

Mercredi 11 octobre, le président de la République Emmanuel Macron s'est déplacé au marché de Rungis pour présenter une restitution du premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur. 

Début octobre ont également débuté les ateliers du deuxième chantier portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous. 

Pourquoi des États généraux de l’alimentation ?

Les États généraux de l'alimentation (EGA) visent à :

  • relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition ;
  • permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes ;
  • accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs ;
  • promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

A l'occasion du lancement des EGA, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a introduit la session "Quelle promotion d’une agriculture durable pour faciliter la transition écologique ?"

Deux grands chantiers et une consultation publique

Les EGA s’organisent en deux chantiers :

  • un premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur ;
  • un deuxième chantier portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.

Le débat conduit dans le cadre des États généraux de l'alimentation associe l'ensemble des parties prenantes : monde agricole et de la pêche, industrie agroalimentaire, distribution, consommateurs, restauration collective, élus, partenaires sociaux, acteurs de l'économie sociale et solidaire, et de la santé, ONG, associations caritatives et d'aide alimentaire à l'international, banques et assurances. Quatorze ateliers thématiques se déroulent entre la fin du mois d’août et la fin du mois de novembre.

Dans le même temps, les citoyens sont appelés à contribuer via une grande consultation publique en ligne qui s’achèvera à la fin du mois d’octobre. A ce jour, plus de 12 000 contributions ont été enregistrées sur la plateforme en ligne. 

L'ensemble des contributions servira à élaborer un agenda des solutions.

États généraux de l'alimentation