Les expérimentations démocratiques pour la transition écologique et énergétique

Le Jeudi 7 février 2019
Pour saisir les potentialités et les limites des initiatives citoyennes, pour répondre aux défis scientifiques que posent la fabrique participative et la conduite démocratique des politiques publiques pour la transition écologique, une contribution active des sciences humaines et sociales est nécessaire. Le ministère, depuis plus de 20 ans, a financé des programmes à dominante sciences humaines et sociales en appui aux politiques publiques environnementales. En finançant le programme Cit’In et en en confiant la réalisation au groupement d’intérêt scientifique « démocratie et participation », le ministère réaffirme fortement ce positionnement.

Qu'est-ce que ce programme ?

L’implication des citoyens est décisive pour la réussite de la transition écologique et énergétique. Mais elle pose un triple défi aux politiques publiques :

  • La capacité d’appropriation citoyenne dépend des représentations que chacun peut se faire des conséquences de son action pour la transition écologique et énergétique. Or, la pluralité de chemins de la transition ne réclame pas le même type d’implication des citoyen·ne·s : simplement consommateurs que les pouvoirs publics incitent à changer de comportement individuel, ou bien acteurs de la transition s’impliquant dans des initiatives sur son territoire. Alors qu’à rebours, diverses formes de repli sur soi, une demande de retour à l’autorité s’expriment face aux incertitudes que connaît notre société.
  • La fabrique participative et la conduite démocratique des politiques publiques sont des conditions de la réussite de la transition écologique et énergétique pour favoriser les initiatives citoyennes et appellent une rénovation des approches instituées de la participation du public à l’élaboration des décisions et à la fourniture des services : il s’agit de passer de formes classiques de concertation à des formes innovantes d’implication des citoyens et de dialogue environnemental.
  • Enfin, l’efficacité des multiples initiatives locales, forcément dispersées et inégales sur les territoires, implique de favoriser leur articulation à l’échelle des territoires et d’évaluer leur portée à une échelle plus large. Il s’agit d’accompagner l’inscription des initiatives citoyennes dans la trajectoire de résolution des problèmes globaux auxquels notre société fait face.

Le programme de recherche Cit’In étudiera les expérimentations conduites dans les territoires à l’initiative des citoyens et des acteurs locaux et explorera les manières d’apprécier et de valoriser la contribution de la société civile et de la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique.

Un appel à manifestation d’intérêt

L’objet de l’appel à manifestation d’intérêt est de constituer une communauté de recherche sur la transition écologique en associant aux travaux du programme Cit’In les équipes de recherche en sciences humaines sociales et en sciences de l’environnement qui travaillent, ou envisagent de travailler, en particulier de manière coopérative avec les acteurs concernés, à ou sur des expérimentations démocratiques pour la transition écologique et énergétique.

Le programme de recherche étudiera les expérimentations conduites dans les territoires à l’initiative des citoyens et des acteurs locaux et explorera les manières d’apprécier et de valoriser la contribution de la société civile et de la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique. Le programme comprend :

  • Un atelier de réflexion prospective (automne 2017) destiné à explorer, de manière ouverte avec les acteurs de la transition écologique et énergétique, les initiatives citoyennes et les expérimentations démocratiques sur les territoires.
  • Un séminaire d’accompagnement 2018-2020 du programme, au rythme de 3 séances annuelles (aux mois de février, juin et octobre).
  • Le financement de quelques projets de recherche (durée de 24 mois maximum, entre mi-2018 et mi-2020) visant à approfondir quelques-uns des thèmes dégagés par l’atelier de réflexion prospective.
  • Un colloque final (automne 2020), largement ouvert sur le monde des acteurs de la transition écologique et énergétique.
  • Un ouvrage final et un soutien à l’édition des travaux de recherche.

Les chercheurs et équipes académiques et coopératives répondant à l’appel à manifestation d’intérêt seront associé·e·s au déroulement des travaux du programme : il·elle·s seront sollicité·e·s pour présenter leurs travaux lors de l’atelier de réflexion prospective ou lors du séminaire d’accompagnement. Certaines équipes seront sollicitées par le comité de pilotage du programme pour déposer un projet de recherche susceptible d’être financé dans le cadre du programme.