Fin du plastique à usage unique

Le Jeudi 28 mars 2019

Crédits : A. Bouissou / Terra
Le plastique à usage unique n’a plus lieu d’être en Europe ! Mercredi 27 mars, la directive européenne interdisant l’usage et limitant la mise sur le marché de certains produits en plastique a été adoptée après plusieurs mois de négociations dans lesquelles la France a joué un rôle clé.

La directive européenne autour du plastique à usage unique est adoptée

560 votes ont ainsi permis de faire adopter la directive européenne autour du plastique à usage unique. À partir de 2021, les produits suivants sont désormais interdits à la vente :

  • les coton-tige ;
  • les couverts ;
  • les assiettes ;
  • les pailles ;
  • les bâtonnets mélangeurs ;
  • les tiges pour ballon ;
  • les produits oxo-dégradables (contenants un additif qui les dégrade en micro-fragments de plastique qui ne peuvent plus être collectés) ;
  • les contenants alimentaires et gobelets en polystyrène.

Selon la Commission européenne, plus de 80 % des déchets marins sont en plastique. Les produits couverts par la législation représentent 70 % de l’ensemble de ces déchets. La directive demande également aux États membres de réduire le volume des contenants alimentaires pour alimentation sur-place et à emporter ainsi que leur couvercle et celle des gobelets pour boissons ainsi que leur couvercle.

Nouvelles filières Responsabilité Elargie du Producteur (REP)

La directive européenne met en place de nouvelles filières REP pour certains produits et renforce ainsi le principe du pollueur-payeur. Les producteurs de ces produits devront s’organiser pour gérer la fin de vie de leurs produits. Ils devront mettre en place une organisation dédiée pour que leurs objets soient correctement recyclés. Si ces filières REP deviennent obligatoires dans l’ensemble de l’Union, certaines existent déjà en France. Les produits concernés par la directive européenne sont :

  • les contenants alimentaires (REP déjà en vigueur en France) ;
  • les emballages souples de nourriture à emporter (REP déjà en vigueur en France) ;
  • les bouteilles et contenants de boissons (REP déjà en vigueur en France) ;
  • les tasses et les verres (REP déjà en vigueur en France) ;
  • les cigarettes (mesure portée dans la feuille de route économie circulaire) ;
  • les lingettes ;
  • les ballons de baudruche ;
  • les sacs plastiques légers (REP déjà en vigueur en France) ;
  • les engins de pêche contenant du plastique.

Le Gouvernement travaille d’ores et déjà avec les industriels des filières concernées, avec pour ambition de déployer rapidement des alternatives crédibles, sources de nouvelles opportunités économiques. Une loi sur l’économie circulaire sera d’ailleurs présentée d’ici l’été 2019. Rappelons que la France s’est engagée à atteindre 100 % de plastiques recyclés en 2025.