François de Rugy sélectionne une troisième série de 6 nouveaux programmes d’économies d’énergie portant à 34 le nombre de lauréats retenus, représentant un montant de 239 M€

Le Vendredi 22 février 2019
Le Gouvernement s’est fixé des objectifs ambitieux pour faire baisser la consommation d’énergies de la France et réduire l’utilisation des fossiles.

Pour y parvenir, François de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, soutient 34 programmes d’économies d’énergie dans le dans le cadre du dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE), représentant un montant total de 239 M€.
Les certificats d’économies d’énergie (CEE), qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’un dispositif qui impose aux fournisseurs d’énergies (carburant, électricité, gaz, fioul domestique…) de soutenir des actions d’économies d’énergie en contrepartie et à la mesure de celle qu’ils fournissent.
Ils sont ainsi amenés –directement ou en partenariat avec les collectivités locales, les entreprises du bâtiment ou spécialisées dans les services énergétiques- à investir dans des mesures qui incitent les français à économiser du carburant, de l’électricité, du gaz ou encore du fioul. Avec des objectifs doublés, le dispositif mobilisera plus de 6 milliards d’euros sur la période 2018-2020, pour réaliser des actions d’économies d’énergie.
Depuis son lancement en 2006, le dispositif a notamment permis d’économiser 1 700 TWhc validés par le Pôle national CEE, soit l’équivalent de la consommation énergétique résidentielle de 17 millions de Français pendant 15 ans, via :
- L’installation de 1 000 000 chaudières individuelles performantes,
- L’isolation des combles, toitures ou murs de 450 000 logements,
- L’équipement de 50 000 logements en chauffe-eau solaire en outre-mer,
- La rénovation de 250 000 luminaires d’éclairage public,
- La formation à l’éco-conduite de 64 000 chauffeurs dans les entreprises,
- L’équipement de 2,5 millions de m2 de serres, de systèmes de chauffage performants,
- La récupération de chaleurs sur des compresseurs d’une puissance totale de 330 MW dans l’industrie.

La sélection de 6 nouveaux projets d’économies d’énergie qui s’ajoutent aux 28 précédents retenus en novembre 2018 et janvier 2019 vient clôturer l’appel à programmes lancé au printemps 2018. Cela porte à 34 le nombre de lauréats retenus, pour un investissement total de 239 millions d’euros sur la période 2018-2020.

Les 6 derniers programmes retenus portent sur :

- La formation des acteurs du secteur bancaire aux enjeux de la rénovation énergétique ;
- La formation des petites et moyennes entreprises à la réduction de leur consommation d’énergie ;
- La massification de la rénovation énergétique par plusieurs actions sur le territoire incluant les petites communes et l’autorénovation des habitations des agriculteurs ;
- L’expérimentation de l’utilisation de vélos électriques en substitution de véhicules de livraison à motorisation thermique.
- Le développement du covoiturage pour réduire les impacts des déplacements.

Les projets, reçus en deux vagues, au 15 juillet et au 1er octobre 2018, ont été sélectionnés en fonction de leur degré de maturité, de leur périmètre et de leur efficience.

Ces projets sont déployés via le dispositif des Certificats d’économie d’énergie (CEE), qui porte sur les thématiques suivantes :

1. Démultiplier l’éducation aux économies d’énergie auprès des publics scolaires.

2. Sensibiliser et former aux économies d’énergie :
a.les très petites, petites et moyennes entreprises consommatrices d’énergie ;
b.les syndicats de copropriété ;
c.les acteurs du secteur bancaire.

3. Développer l’innovation technique pour la rénovation des bâtiments.

4. Expérimenter des opérations territoriales modèles, ambitieuses et innovantes dans leur méthodologie, afin d'activer le potentiel de massification et d’industrialisation de la rénovation, notamment pour la rénovation massive des bâtiments publics.

5. Réaliser davantage d’économies d’énergie fossile dans le secteur des transports et développer la mobilité et la logistique économes en énergie.

Deux nouveaux appels à programmes seront lancés en mars prochain. Ils viseront d’une part à accélérer le développement des solutions de mobilité économe en énergie fossile, et en particulier le développement des véhicules zéro émission, d’autre part à accélérer les économies d’énergie dans les territoires d’outre-mer.