Le génie écologique au service de la faune marine

Le Vendredi 12 mai 2017

Crédits : L.Mignaux/Terra
L'entreprise française Eco Océan, en partenariat avec les services de la ville et du port autonome de Marseille, a créé un procédé unique au monde qui permet de capturer les larves de poissons au large du port et de les ramener dans des nurseries pour les laisser grandir à l'abri, avant de les relâcher en mer.

Le génie écologique : quand l'homme recrée les conditions écosystémiques au service de la biodiversité

A Marseille, des scientifiques sont à l’œuvre pour réimplanter des larves de poisson dans le port. Les différentes constructions dans le port de Marseille ont détruit l'habitat naturel dans lequel les larves de poisson pouvaient s'abriter le temps de leur croissance, avant d'être suffisamment grande pour pouvoir rejoindre l'océan.

Cette initiative illustre un des 17 objectifs de développement durable adoptés par l'ONU en 2015 : vie aquatique.

1 jour 1 action : le génie écologique au service de la faune marine

Afficher la version texte de la vidéo

Le génie écologique en action : la mesure compensatoire.
A Marseille, des scientifiques sont à l'oeuvre pour ré-implanter des larves de poissons dans le port.

Gilles Lecaillon, président Ecocéan
Avant le port de Marseille, avant il y avait des petits fonds dans lesquels dans le cycle de vie des poissons, les larves venaient se positionner quand elles arrivaient du large pour s'y développer petit à petit. or, par la présence du port ces fonds n'existent plus. or aujourd'hui l'on est en train de proposer donc en mesure compensatoire, aux services écosystémiques, que le port a enlevé, soustrait par sa présence. Le principe c'est de collecter des post-larves vivantes, au moment ou elles reviennent coloniser le milieu, de les capturer avec un engin que l'on a mit au point et breveté, de les capturer vivantes, de les ramener à terre, de les identifier, de les trier, les élever pendant quelques mois et ensuite de les réintroduire dans le milieux.

Rémy Dubas, responsable technique - Ecocéan
Il y a deux castagnolles et là c'est bizarre je ne connais pas ça...
Gilles Lecaillon
C'est une rascasse.
Rémy Dubas
C'est une rascasse hein ? Nous récoltons les larves de la matinée que nous ramèneront dans la nurserie.
Gilles Lecaillon
Quelque soit l'activité que l'on utilise, que ce soit la collecte de larves pour le marché de l'agrologie marine, pour le marché du poisson de bouche, ou pour le réensemencement, on travaille avec des pêcheurs.
Patrick Fernandez, patron pêcheur
Enfin c'est pour m'impliquer dans tout le projet scientifique qui peut être bénéfique à la ressource, à la pêche. Pour les jeunes marins que j'ai à bord, ça les implique un petit peu plus, moi peut-être pas enfin, je suis impliqué mais ce n'est peut-être pas, ce n'est peut-être plus mon futur. Mais pour eux qui sont jeunes oui c'est réellement leur futur et ils commencent à le comprendre, ils commencent à respecter un peu plus la mer, à s'intéresser et à savoir le pourquoi et à savoir le comment, qu'est-ce qu'il se passe, pourquoi on a des problèmes, donc réellement oui, ça les implique.