GreenTech verte : premier Meet’up de la communauté des start-up de la transition écologique

Le Mardi 13 juin 2017
Le ministère de la Transition écologique et solidaire a organisé aujourd’hui le premier rendez-vous des start-up de la GreenTech verte. Ces rencontres visent à réunir ceux qui mettent les nouvelles technologies au service de la planète avec 24 investisseurs qui s’engagent pour leur développement. 115 rendez-vous bilatéraux permettent aux jeunes entreprises de présenter leur projet et d’étudier avec eux les possibilités d’accompagnement financier et commercial afin de soutenir chaque projet selon leur stade d’avancement.

La GreenTech verte, c’est une communauté de 120 start-up constituées des lauréats des deux appels à projet GreenTech verte et des quatre hackathons organisés depuis 2016 par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Au cours de cette journée, les start-up ont l’opportunité de rencontrer des entreprises, des investisseurs publics comme privés et des partenaires institutionnels, pour travailler ensemble à l’émergence de synergies au cours de 8 ateliers de brainstorming : biodiversité et santé ; objets connectés et Big Data ; commande publique ; urbanisme et bâtiment connecté ; économie circulaire-valorisation des déchets et matériaux ; smart mobilité ; optimisation du bilan énergétique ; place de marché en ligne et autre plate-forme web. A terme, l’objectif est simple : permettre aux champions français des nouvelles technologies de faire connaître leur innovation et les mettre au service des Français.

Cette rencontre s’articule autour de trois temps forts qui ont lieu en simultané :
- Visibilité : 30 start-up présentent leurs projets ;
- Connaissance : 8 ateliers thématiques ;
- Business : 115 rendez-vous bilatéraux entre entreprises et investisseurs.

La communauté GreenTech verte prend de l’ampleur : cette journée est l’occasion de lancer un blog participatif qui donnera de l'écho à leurs actualités, d’ouvrir une chaîne Youtube pour accueillir l’ensemble des pitchs des start-up et d’annoncer la mise en ligne dans les prochains jours d'un job board qui rassemblera l’ensemble des offres d'emploi de la GreenTech verte.

En un an, les entreprises de la GreenTech verte ont créé près de 150 emplois, et plus d’un tiers ont levé plus de 100 000 euros pour leur développement.

 

Coup de projecteur sur cinq start-up :

TechnoBAM, basé à Aix en Provence, propose des solutions de démoustication écoresponsables se substituant à l'utilisation de larvicides et pesticides. L'intérêt ? Limiter les dommages sur la biodiversité, la pollution des eaux tout en protégeant la santé des citoyens tout en divisant par 4 le coût pour les collectivités. TechnoBAM vient de boucler une levée de fonds de 1 million d'euros pour développer sa présence sur le marché français et de se positionner à l'international (Europe et Amérique du Nord).

Sunchain, basé à Perpignan, a mis en place un dispositif sécurisé (système de blockchain) permettant de consommer ses excédents de production solaire sur d'autres lieux que celui de production. L'intérêt ? Cela contribue à viabiliser et à rendre attractif la  production solaire par les particuliers et à favoriser leur autonomie énergétique. Sunchain va signer une convention d’expérimentation dans les prochains jours avec Enedis (ex-ERDF).

Tributerre, basé dans l'Est de l'Ile-de-France, a imaginé un objet connecté permettant de mieux piloter et suivre son compost (quand arroser ? quand mélanger ?). L'intérêt ? Permettre aux citoyens de réduire leur quantité de déchets mise en décharge toute en améliorant la qualité des sols. Tributerre lance aujourd'hui sa première campagne de financement participatif sur le site Ullule. Les investisseurs constitueront le socle de sa future communauté.

Wever, né à Nice, est un réseau social de mobilité gratuit qui facilite le covoiturage de proximité, planifié ou en temps réel, dans une application communautaire. L'intérêt ? Réduire l'utilisation de la voiture sur les trajets courte distance (les plus émetteurs de CO2). De nombreuses start-up tentent aujourd'hui de trouver le modèle qui leur permettrait de devenir le  Blablacar du covoiturage courte distance. La sélection récente de Wever dans le cadre de l’appel à projets de la Vallée de Seine constitue une nouvelle étape de la part d'un projet prometteur.

3W Associates, basé à Versailles, propose une plateforme numérique de transactions et de services dédiée aux acteurs de la chaîne des matières premières secondaires. Elle permet d'identifier des acteurs disposant de déchets et de trouver les acteurs locaux qui pourraient en faire leur matière première. L'intérêt ? Réduire les quantités de déchets collectés en leur donnant une seconde vie localement. La plateforme sera déployée cet été en Angleterre, puis en France avant la fin de l'année.

Retrouvez plus d’informations sur la communauté GreenTech verte sur le site du ministère