Haut-Livradois : petite communauté, grands projets

Le Mercredi 5 avril 2017

Crédits : CC Haut Livradois
Rénovation thermique originale, projet de méthanisation innovant, biodiversité et mobilité douce, des projets dont s’empare une population qui retrouve fierté et confiance dans l’avenir.

4 questions à Jean-Luc Coupat, président de la communauté de communes du Haut-Livradois, vice-président de la communauté de communes Ambert Livradois Forez.

Comment êtes-vous devenus Territoire à énergie positive pour la croissance verte ?

Notre petite communauté de 15 communes et de 3500 habitants, dans un secteur très rural, avait déjà beaucoup travaillé au préalable sur ces problématiques d’énergie, de développement durable et d’économie circulaire. On ne pouvait pas ne pas répondre à l’appel à projets Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV).

Quels projets avez-vous pu développer dans ce cadre ?

Dans une première phase, début 2016, et de manière un peu symbolique, la communauté de communes a décidé de porter la rénovation thermique des deux gendarmeries du territoire : d’un chauffage électrique et d’un chauffage au gaz on est passé à un chauffage à plaquettes forestières, avec un concept assez original qui commence à se développer. Nous avons pris en charge toute la partie hydraulique, tuyauterie, radiateurs, tandis que l’approvisionnement et la maintenance sont assurés par le partenaire qui a monté les chaudières. La très bonne qualité des plaquettes, caractéristique prévue au contrat, permet de sérieuses économies :moins de combustible utilisé, plus de chaudières approvisionnées avec la même quantité.

Dans une deuxième phase, avec la signature d’un avenant TEPCV à l’automne et le même schéma partenarial avec les communes, nous décidons de développer à nouveau un concept original via un projet de méthanisation avec les agriculteurs. L’idée : alimenter le méthaniseur par les effluents des élevages pour la plus grande partie mais aussi, et c’est l’originalité, par la récupération de la fauche du bord de voirie grâce à l’achat d’un matériel ad hoc. Une démarche novatrice que seuls trois départements – Côtes d’Armor, Ille-et-Vilaine et Mayenne – ont pratiquée avant nous et qui permet une alimentation régulière du méthaniseur, y compris quand les bêtes sont dehors !

 

« Avoir été sélectionné comme territoire à énergie positive a apporté une véritable bouffée d’oxygène à notre communauté. »

Comment voyez-vous l’avenir ?

Depuis le 1er janvier 2017, nous avons fusionné avec 6 autres communautés de communes pour former la communauté de communes Ambert Livradois Forez, composée de 58 communes et 28 000 habitants, Tous les projets existants sont repris en mettant particulièrement l’accent sur la protection de la biodiversité et la mobilité douce. Nous sommes aujourd’hui un territoire très vaste et notre objectif est de limiter les déplacements grâce aux outils numériques et d’effectuer les déplacements inévitables avec des véhicules propres grâce notamment une flotte de véhicules électriques.

Quelle est la réception de la population ?

La population a été associée dès le départ et à la réflexion et à l’élaboration des projets. Portée par la collectivité, la démarche a suscité un grand sentiment de fierté chez nos concitoyens, la conviction que tout n’est pas perdu sur ces territoires et une grande envie d’entreprendre.