Une journée franco-allemande placée sous le signe du climat et de l’environnement

Le Vendredi 7 septembre 2018
Les Secrétaires d’État français et allemand chargés de l’Environnement, Brune POIRSON et Jochen FLASBARTH, ont lancé hier à Paris un groupe de travail interministériel sur la question climatique (“ Groupe de travail Meseberg sur le Climat”). À travers ce lancement, la France et l’Allemagne réaffirment leur détermination à agir, dans tous les secteurs, sur l’urgence climatique, dans un contexte de fréquence accrue des catastrophes naturelles. À cette occasion, les ministères de l’Environnement français et allemand ont également renforcé leur coopération pour répondre aux nombreux défis dans les domaines de la biodiversité et de l’exposition aux substances chimiques.

Les Secrétaires d’État Brune POIRSON (FRA) et Jochen FLASBARTH (ALL) ont déclaré : « la Déclaration du Sommet franco-allemand de Meseberg en juin dernier a envoyé un signal fort sur la question climatique, et ce sur la base d’un mandat clair : seul un effort interministériel nous permettra de mettre en œuvre l’Accord de Paris et d’atteindre nos objectifs climatiques ; ce n’est qu’en suscitant des changements dans des domaines clés, tels que, les transports, l’énergie, les bâtiments, l’industrie ou l’agriculture que nous irons de l’avant ; aujourd’hui, avec la première réunion du groupe de travail interministériel sur le climat, nous répondons à la demande du Président de la République française et de la chancelière allemande et nous intensifions notre collaboration à tous les niveaux en lien avec les ministères concernés. Une pareille coopération est inédite et  encourageante. »

Ainsi, des représentants des ministères français et allemand de l'Environnement, de l'Économie, de l'Énergie, des Finances, de l'Agriculture, des Transports, de la Construction, des Affaires étrangères, du Développement et de la Recherche ont participé au lancement du groupe de travail, sous la présidence des Secrétaires d'État, Brune POIRSON et Jochen FLASBARTH.

Le Groupe de travail Meseberg sur le climat s'est concentré sur les moyens de répondre aux ambitions de l'accord de Paris, sur la contribution de chaque secteur de l'économie à la réalisation des objectifs climatiques à moyen et long terme et sur une utilisation efficace des instruments disponibles pour atteindre ces objectifs climatiques ambitieux, tels que le budget de l'UE, la finance durable et les incitations économiques. La France et l’Allemagne ont notamment décidé de présenter d’ici début 2019 des options sur la tarification du carbone. Enfin, une collaboration sur des initiatives au niveau international visant à mettre en œuvre de manière décisive l’Accord de Paris a été proposée.

A cette occasion, dans le cadre d'un séminaire, les ministères de l'Environnement français et allemand ont également partagé leurs positions sur le climat, la biodiversité, ainsi que sur les questions de santé et d'environnement et ont défini des pistes d'action communes.

En matière de biodiversité, la France et l'Allemagne reconnaissent la nécessité de générer une dynamique et une prise de conscience de même ampleur que celles générées par le climat. Cela suppose l’adoption de mesures trans-sectorielles relatives notamment à l’utilisation des pesticides, la protection des espaces naturels, l’eau, etc... La France et l’Allemagne profiteront de plusieurs événements internationaux majeurs sur la biodiversité qui auront lieu d’ici 2020 pour porter ce message. Les deux ministères s’accordent pour la mise en œuvre obligatoire de l’eco-scheme proposé par la Commission dans le cadre de la future PAC pour tous les États membres dans le cadre de la future PAC notamment dans un objectif de reconquête de la biodiversité au niveau européen. À cette fin, le renforcement de l'ambition environnementale de la PAC portée de façon constante par la France est indispensable pour répondre aux attentes de la société et orienter la transition du secteur agricole vers des modèles de production plus durables.

En ce qui concerne les questions de santé et d'environnement, les ministères de l’environnement français et allemand travailleront ensemble pour améliorer la mise en œuvre du règlement REACH, en améliorant par exemple les informations sur les effets à long terme des substances chimiques pour la santé et l'environnement. Ils exploreront également les possibilités pour renforcer la qualité, l'indépendance et la transparence des processus d'évaluation toxicologique réalisés par les agences européennes. Ils s'efforceront de faire en sorte que l'UE propose une définition ambitieuse des nanomatériaux, qui soit transversale à toutes les réglementations et applicable à tous les secteurs de l’économie.

En parallèle à la réunion des ministères, des collectivités locales, pionnières sur la transition énergétique se sont réunies lors d’une grande conférence à Montreuil pour échanger leurs expériences et forger de nouvelles alliances. Cette initiative visant à renforcer la coopération au niveau des régions et des villes a été lancée lors du séminaire de l’année dernière. «Voir de tels partenariats climatiques franco-allemands se développer est absolument fantastique. Ces villes façonnent leur avenir énergétique avec une véritable vision à long terme », ont déclaré les Secrétaires d’État, Jochen FLASBARTH et Brune POIRSON.