L’Assemblée de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale vote la poursuite de la mise en œuvre du dispositif mondial de compensation des émissions de l’aviation civile internationale

Le Lundi 7 octobre 2019
L’Assemblée triennale de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a conclu ses travaux le 4 octobre, par un vote sur deux résolutions en faveur d’une part de la poursuite de la mise en œuvre du dispositif mondial de compensation des émissions de l’aviation civile internationale (CORSIA) et d’autre part de la recherche d’un objectif de long terme pour limiter celles-ci.

La 40ème Assemblée de l’OACI, qui réunit tous les 3 ans ses 193 Etats membres, a tenu ses travaux du 24 septembre au 4 octobre au siège de l’Organisation, à Montréal.

Cette session a été marquée notamment par l’élection des membres de son organe directeur permanent, le Conseil, qui rassemble 36 Etats. La France y a une nouvelle fois été réélue, améliorant son score, ce qui marque la reconnaissance de son influence dans le secteur de l’aviation mondiale.

Les débats ont porté sur tous les sujets intéressant l’avenir du transport aérien pour les années qui viennent, qu’il s’agisse de sécurité, de sûreté, de navigation aérienne ou encore d’environnement.

Dans ce domaine, deux points en particulier ont fait l’objet de vifs débats : la volonté que le secteur se dote d’un objectif de long terme en matière de réduction des émissions et la poursuite de la mise en œuvre du CORSIA . Dans ces deux domaines, le volontarisme européen, et notamment de la France, s’est heurté à une coalition menée par la Chine et la Russie, qui a conduit à limiter les avancées espérées. Les travaux vont cependant se poursuivre sur ces sujets, l’Europe continuant pour sa part à mettre en œuvre son mécanisme de quotas d’émissions ETS  qui n’a fait l’objet d’aucune contestation.

La France se réjouit par ailleurs d’avoir réussi à faire avancer les travaux de l’Organisation dans trois domaines prioritaires : le renforcement des audits de sûreté, l’accélération du travail en cours dans le domaine de la cybersécurité, et la création d’un conseil consultatif associant l’industrie, pour mieux appréhender les innovations technologiques.

Une « Foire de l’Innovation », organisée juste en amont de l’Assemblée, avait d’ailleurs été marquée par la très forte présence de l’industrie française, coordonnée par le GIFAS.

« Cette 40ème Assemblée de l’OACI a montré des divergences sur l’environnement entre la France et l’Europe d’une part et plusieurs pays majeurs d’autre part. Nous continuerons à conjuguer le dialogue et le volontarisme nécessaires pour que le transport aérien puisse prendre pleinement sa part dans la lutte contre le réchauffement climatique. Notre industrie est d’ailleurs aussi pleinement mobilisée en ce sens » a déclaré Jean-Baptiste Djebbari.