L’écologie dans nos territoires : Emmanuelle Wargon signe aujourd’hui le Contrat de transition écologique (CTE) de la Nièvre ligérienne

Le Lundi 3 février 2020
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est déplacée aujourd’hui dans la Nièvre (Bourgogne-Franche-Comté) pour signer le Contrat de transition écologique de la Nièvre ligérienne.

Ce CTE s’articule autour de 14 actions, qui représentent un investissement de plus de 23 millions d’euros, dont 12 millions d’euros venant du secteur privé. La volonté du Gouvernement et des collectivités territoriales est de faire de la Nièvre un territoire résilient, qui mobilise ses ressources humaines et naturelles pour gagner en attractivité.
L’esprit du Contrat que nous signons aujourd’hui avec les différents acteurs du territoire est d’allier réciprocités et complémentarités entre la ville et la campagne. Le Gouvernement et des collectivités territoriales veulent impulser une transition écologique pour et avec les 110 000 habitants de la Nièvre en réduisant les vulnérabilités énergétiques et climatiques grâce à une économie bâtie sur nos ressources naturelles.
Emmanuelle Wargon

Deux exemples d’actions écologiques locales de la Nièvre ligérienne :

  • La création d’une filière hydrogène locale (Nevers H2 Énergie)

Dans le cadre de son Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET), l’agglomération de Nevers porte un enjeu fort de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre via le développement de la filière hydrogène pour les transports.
L’hydrogène sera ainsi fabriqué à partir d’électricité « verte » produite par cogénération sur la chaleur issue de l'usine d'incinération des déchets de l’agglomération. Des flottes de véhicules issues de partenaires privés ainsi que la situation géographique de l'usine de valorisation énergétique sont des atouts favorables au maillage efficace du réseau local.

  • Le soutien à la gestion des emplois et des compétences dans les secteurs d’activité de la transition écologique

La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale (GPECT) portée par la Maison de l’Emploi et de la Formation cible en premier lieu les entreprises pour identifier les transformations à venir, et ainsi mieux cerner les besoins en termes de compétences à acquérir. Cette action permettra de mieux mettre en adéquation l’offre de formation au bénéfice de la population active : des jeunes, des adultes en emploi et des demandeurs d’emploi.

 

L’écologie dans nos territoires : la démarche des Contrats de transition écologique (CTE)

Le Contrat de transition écologique (CTE) est un dispositif contractuel construit à l’échelle d’un ou plusieurs Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), entre l’État et des collectivités. Il associe partenaires publics et privés, notamment les associations environnementales et les acteurs économiques du territoire. Il comprend un programme d’actions concrètes d’une durée de 3 à 4 ans, avec des engagements précis établis entre partenaires, et des objectifs de résultats qui font l’objet d’un suivi et d’une évaluation.
Les CTE permettent ainsi de mettre au point des actions opérationnelles de transition écologique lancées dans l’année suivant la signature du contrat. Ces actions ont vocation à renforcer, voire à transformer la dynamique économique et écologique du territoire. Les CTE montrent en effet que la transition écologique est aussi un moteur de développement économique, notamment via la création de nouvelles filières économiques vertueuses (économie circulaire territoriale, formation professionnelle et reconversion, création d’emplois locaux).
Une attention est particulièrement portée aux partenariats avec les entreprises, invitées à porter ou participer à ces projets, afin de contribuer à développer les compétences, les activités économiques et les emplois en lien avec la transition écologique.

Lancé par le Gouvernement en février 2018, cet outil regroupe maintenant 80 territoires (près de 180 EPCI, près de 10 millions de Français concernés, 1,5 milliard d’euros investis) engagés à travers des projets écologiques locaux et concrets, source de développement économique durable au service du quotidien de nos concitoyens.
Pour en savoir plus sur ces projets, (re)découvrez le dossier de presse « Les Contrats de transition écologique : 1 an après, les premiers résultats »