L’Etat et les acteurs locaux engagent plus de 30 M€ pour rénover la ligne ferroviaire Grenoble – Gap

Le Mercredi 4 décembre 2019
Grâce aux apports financiers conjugués de l’Etat, de SNCF Réseau et des collectivités territoriales, le Comité de pilotage de ce mercredi 4 décembre 2019, réuni par le Préfet de région Provence Alpes Côte d’Azur, a décidé de mobiliser une enveloppe de 28,3 M€, dont 11 M€ de l’Etat, pour les travaux de sauvegarde de la ligne ferroviaire Grenoble – Veynes, dite « ligne des Alpes ». A ces travaux s’ajoute une maintenance renforcée, prise en charge par SNCF Réseau pour 3 M€, qui permettra de maintenir les trains régionaux jusqu’à Clelles en 2021

Menacée de ralentissements voire de suspensions de trafic sur plusieurs de ses branches, l’étoile ferroviaire de Veynes, qui permet de relier les villes de Valence, Grenoble, Gap, Briançon et Sisteron sur le territoire des régions Auvergne Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, fait l’objet d’un ambitieux programme de modernisation.

Cette situation est la conséquence de décennies de sous-investissement, qui obligent à mener simultanément plusieurs chantiers pour assurer la pérennité du réseau régional. Depuis 2018, l’Etat a réuni plusieurs comités de pilotage avec les principaux acteurs concernés : la SNCF, les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, de la Drôme et de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole, la communauté d’agglomération Gap-Tallard-Durance.

Dans un premier temps, tous les partenaires sont convenus de lancer en priorité des travaux de régénération à réaliser en 2020 et 2021 sur la branche Valence – Veynes, empruntée par le train de nuit Paris-Briançon, afin de conforter cette offre pour l’avenir. En parallèle, la partie Nord de la ligne des Alpes, entre Grenoble et Vif, va bénéficier de travaux d’urgence en 2020. Pour autant, la pérennité des circulations entre Grenoble et Gap, au Sud de Vif, était menacée à l’horizon 2021, faute de travaux programmés jusqu’à présent.

La grande majorité des acteurs appelaient de leurs vœux à la fois la pérennisation de la ligne des Alpes au sud de Vif, et le maintien d’une desserte de nuit pour Gap et Briançon en 2021.

Afin de concilier ces deux objectifs, Elisabeth Borne, ministre de la Transition Écologique et Solidaire et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des transports, ont demandé au Préfet de région Provence-Alpes-Côte d’Azur de conduire une concertation locale avec les collectivités concernées, les parlementaires hauts-alpins et la SNCF. Toutes les options possibles ont été étudiées, afin de retenir le meilleur phasage pour les travaux sur les différentes lignes et aboutir à une proposition solide de substitution au train de nuit pour assurer la desserte des Hautes-Alpes pendant les 9 mois d’interruption de la ligne Livron – Veynes en 2021.

Après plusieurs semaines d’études et de concertation, sur proposition de l’Etat, le comité de pilotage du 4 décembre 2019 a retenu comme scénario une programmation des travaux sur la ligne Livron – Veynes en 2020 et 2021 tels qu’envisagés, en y ajoutant la programmation de travaux lourds dès la fin de l’année 2021 entre Vif et Aspres. Une enveloppe de 28,3 M€ sera débloquée à cet effet, ainsi que 3 M€ de maintenance renforcée par SNCF Réseau pour assurer le maintien des circulations TER sur la ligne des Alpes jusqu’à Clelles pendant les travaux de la ligne Livron – Veynes.

Le Secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Djebbari salue cet engagement collectif, qui permet de garantir dans le temps la pérennité des circulations ferroviaires sur l’étoile de Veynes qui est un nœud structurant pour ce territoire.

Contact presse : 01 40 81 77 57