Liste rouge nationale : 33 % des espèces de mammifères menacées ou quasi menacées dans l'Hexagone

Le Vendredi 24 novembre 2017

Crédits : Thierry Degen / Terra
Que vont devenir le vison d’Europe ou la pipistrelle commune ? Le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature et le Muséum national d’histoire naturelle sonnent l’alarme en publiant la nouvelle Liste rouge des espèces menacées pour les mammifères terrestres et marins dans l’Hexagone. Cette mise à jour montre une aggravation de la situation globale. Des améliorations pour quelques espèces sont néanmoins à noter, témoignant de l’efficacité des actions menées en leur faveur.

Une aggravation de la situation globale depuis 2009

Mené dans le cadre de la Liste rouge nationale, cet état des lieux porte sur le risque de disparition de l’ensemble des mammifères terrestres et marins recensés sur le territoire métropolitain. Huit ans après le premier état des lieux, cette actualisation de la Liste rouge nationale des mammifères montre une aggravation de la situation : 33 % des espèces terrestres et 32 % des espèces marines apparaissent menacées ou quasi menacées, contre respectivement 23 % et 25 % en 2009. Au total, sur les 125 espèces de France métropolitaine évaluées, 17 sont menacées et 24 quasi menacées.

Liste rouge nationale 2017 : les mammifères de France métropolitaine

  Liste rouge nationale 2017 : les mammifères de France métropolitaine

La liste rouge des espèces menacées en France 2017

Une espèce de mammifère sur trois désormais menacée ou quasi menacée en France métropolitaine.

Pour les espèces de mammifères terrestres :

  • 16 % menacées
  • 17 % quasi menacées
  • 61 % préoccupation mineure
  • 6 % données insuffisantes

Pour les espèces de mammifères marins

  • 9 % disparues en métropole
  • 5 % menacées
  • 27 % quasi menacées
  • 23 % préoccupation mineure
  • 36 % données insuffisantes

Des améliorations pour certaines espèces

Malgré la situation préoccupante de plusieurs espèces, comme le vison d’Europe, le putois d’Europe ou la pipistrelle commune, des exemples montrent que les efforts de conservation peuvent porter leurs fruits. C’est ainsi que les actions menées en faveur de la loutre d’Europe (Lutra lutra), depuis plus de 40 ans, ont permis à l’espèce de recoloniser de vastes secteurs dans la plupart des régions de l’Hexagone.