Lutte contre les dépôts sauvages : de nouvelles avancées

Le Mardi 21 juillet 2020

Crédits : D. Valente / Terra
Le Gouvernement a fait de la lutte contre les dépôts sauvages l’une de ses priorités. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire de février 2020 a permis de nombreuses avancées. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a réaffirmé la détermination des pouvoirs publics pour lutter contre ce fléau, lors d’un déplacement dans les Yvelines.

En déplacement sur la plaine de Triel (78) le 17 juillet 2020, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a réaffirmé la détermination des pouvoirs publics à mettre fin aux décharges sauvages, notamment par la mise en œuvre de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Sur ce site, depuis le début de l’année, 65 % des déchets ont été triés et évacués sur une parcelle de près de 4 hectares.

Une nouvelle filière de gestion des déchets dédiée aux produits ou matériaux de construction du bâtiment

La filière à responsabilité élargie des producteurs (REP) sur les produits ou matériaux de construction du bâtiment, créée par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, entrera en vigueur au 1er janvier 2022. Elle devrait avoir un impact majeur sur les dépôts sauvages. Les déchets du bâtiment, qui représentent la majeure partie des dépôts sauvages, seront repris gratuitement lorsqu’ils sont triés par la filière REP. Un réseau efficace de points de collecte sera créé. Les entreprises du bâtiment et les artisans auront ainsi accès à des points de collecte accessibles et gratuits.

La majorité du coût de nettoyage des dépôts sauvages sera également prise en charge par les filières REP, au prorata des déchets présents dans les dépôts. Objectif : soulager les collectivités et transférer le coût du nettoyage vers les filières et non plus vers les contribuables.

Un renforcement des sanctions

Parmi les autres avancées, la loi renforce également les sanctions pour les rendre plus dissuasives.

Demain, lors d’un dépôt sauvage, les délinquants se verront infliger une amende immédiate de 1500€ : celle-ci a été multipliée par 10. Leur véhicule sera également immobilisé.
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique

Ces sanctions seront complétées : la contravention pour les petits dépôts sauvages passera prochainement de 68 € à 135 €. Le projet de décret a été discuté avec les parties prenantes courant juin et sera publié à la fin de l’été.