Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe : la France 1er pays bénéficiaire des financements européens pour les infrastructures de transport

Le Jeudi 28 mars 2019
Elisabeth BORNE, Ministre chargée des Transports, salue la décision de la Commission européenne d’attribuer 71,6 millions d’euros de financements européens à 13 projets français (ou comprenant au moins un partenaire français), dans le cadre du dernier appel à projets du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE).

La France se place ainsi au 1er rang des pays bénéficiaires de cet appel à projets, totalisant 17 % de l’enveloppe globale.

Cet appel à projets permet le cofinancement de projets d’infrastructures s’inscrivant dans les grands axes (corridors) d’échanges européens. Les projets retenus qui bénéficieront d’un tel cofinancement sont :

  • Le projet du Grand Port Maritime du Havre « Completion of Port 2000 terminals » de création d’un chenal protégé : 24 900 000 € de subvention (20 % de cofinancement).
  • Les deux projets français « Marseille-Ventimiglia Phase 1 » et « Track-side deployment of ERTMS level 2 baseline 3 in the Channel Tunnel and interfaces with neighbouring networks » visant au remplacement de l’actuel système de signalisation ferroviaire par le nouveau système européen de gestion du trafic ferroviaire (dit ERTMS) sur l’ensemble de la ligne Marseille-Vintimille et dans le tunnel sous la Manche, avec respectivement 11 950 000 € de subvention (50 % de cofinancement) et 661 400 € de subvention (50 % de cofinancement).
  • Le projet porté par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire « InDiD » de développement et de test d’une infrastructure numérique complète dans le domaine des services de transport intelligent : 10 766 707 € de subvention (50 % de cofinancement).
  • Le projet « Modernisation of Med Europe combined transport terminal » de modernisation du terminal de transport combiné Med Europe de l’entreprise Intramar SA à Marseille : 2 781 000 € de subvention (20 % de cofinancement).
  • Le projet du Grand Port Maritime de Marseille de développement de plateformes logistiques multimodales sur le port de Marseille-Fos : 1 204 000 € de subvention (8 % de cofinancement).
  • Le projet européen « MiRO 2, MultImodal ROute connecting Barcelone-Paris » de construction de deux plateformes multimodales à Rungis et Barcelone permettant la mise en place d’un service de transport ferroviaire multimodal accessible à tout type de semi-remorques entre Barcelone et Paris : 13 691 471 € de subvention pour les partenaires français (20 % de cofinancement).
  • Le projet européen « Implementing Telematics Applications for European Interoperability » comportant la mise en place d’applications télématiques au service des voyageurs et du fret ferroviaire : 2 975 665 € de subvention pour les partenaires français (50 % de cofinancement).
  • Le projet européen porté par ERTICO, le réseau européen regroupant les parties prenantes des Systèmes de Transport Intelligents (dont le Ministère français de la Transition Écologique et Solidaire, l’IFSTTAR, des collectivités territoriales telles que Bordeaux Métropole et plusieurs entreprises françaises), « A European FEderated Network of Information eXchange in Logistics » de développement et de déploiement pilote d’un système d’information digitale de transport le long de plusieurs corridors européens : 1 437 550 € de subvention pour les partenaires français (49,8 % de cofinancement).
  • Le projet européen « iTerminals 4.0 » comportant des études relatives aux données portuaires  configurant l’évolution des terminaux à conteneurs portuaires vers la transformation numérique : 581 000 € pour les partenaires français (50 % de cofinancement).
  • Le projet européen « Automated combined transport terminal in Calais » soutenu notamment par Calais Promotion, Association pour le développement Économique du Pays du Calaisis, consistant en la construction d’un terminal de transport combiné automatisé permettant le transfert modal de tous types de semi-remorques de la route vers le rail : 313 250 € de subvention pour le partenaire français (22,7 % de cofinancement). 
  • Le projet européen « Masterplan Digitalisation of Inland Waterways » de digitalisation des voies navigables : 215 000 € de subvention pour Voies Navigables de France (VNF) (50 % de cofinancement).
  • Le projet européen « SaMiR » permettant d’évaluer la collecte de données de maintenance des wagons par télétransmission : 110 000 € de subvention pour la société française Ermewa (50 % de cofinancement).

« C’est une excellente nouvelle qui consacre une très grande mobilisation du Gouvernement et des collectivités concernées depuis de longs mois. Le co-financement européen est souvent indispensable pour permettre de finaliser le financement de ces projets attendus. Une nouvelle fois, la France est au rendez-vous de ces appels à projets, et je me félicite que la Commission européenne ait aussi largement répondu présente. A l’heure où certains remettent en cause l’Union européenne, c’est une belle démonstration du rôle indispensable et positif qu’elle joue dans le quotidien de nos concitoyens et des territoires », a indiqué Elisabeth BORNE.