Le ministère de la Transition écologique et solidaire réduit fortement les prélèvements de tourterelles des bois pour la saison de chasse 2019/2020

Le Lundi 2 septembre 2019
Le ministère de la Transition écologique a signé le 30 août 2019 un arrêté limitant à 18 000 les prélèvements autorisés de tourterelles des bois pour la saison de chasse qui s’ouvre. Avant cet arrêté, aucun quota n’était fixé, ce qui conduisait à un prélèvement estimé à 92 000 oiseaux par an. La mise en place du quota permet donc de diviser par 5 les prélèvements de cette espèce, classée « vulnérable » par l’UICN.

Le ministère de la Transition écologique a signé le 30 août 2019 un arrêté limitant à 18 000 les prélèvements autorisés de tourterelles des bois pour la saison de chasse qui s’ouvre. Avant cet arrêté, aucun quota n’était fixé, ce qui conduisait à un prélèvement estimé à 92 000 oiseaux par an. La mise en place du quota permet donc de diviser par 5 les prélèvements de cette espèce, classée « vulnérable » par l’UICN.

 

Cet arrêté s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la gestion adaptative, dont le principe a été adopté dans la loi du 24 juillet 2019 créant l’Office français de la biodiversité et qui vise à adapter le niveau de prélèvement à l’état de conservation de l’espèce. Il s’appuie sur une concertation publique menée en juillet et sur les recommandations du comité d’experts de la gestion adaptative, instance scientifique qui a rendu un avis dans lequel elle préconise de ne pas excéder un niveau de prélèvements de 18 300 individus, niveau correspondant à la moitié de la croissance naturelle de l’espèce.

 

Au-delà de la réduction substantielle du niveau de prélèvements par la chasse, et ainsi que l’a souligné le comité d’experts de la gestion adaptative, le rétablissement d’un meilleur état de conservation de la tourterelle des bois passe également par des actions de préservation et de restauration de ses habitats, et notamment le maintien des haies et des chaumes. A cet effet, la loi précitée a instauré une contribution financière des chasseurs abondée par l’Etat pour le financement d’actions concrètes favorisant le développement de la biodiversité. La convention d’utilisation de ces crédits sera un levier efficace pour soutenir des actions favorables aux habitats de la tourterelle des bois et ainsi enrayer le déclin de l’espèce. Parallèlement, le ministère de la Transition écologique et solidaire va engager très prochainement, avec l’ensemble des partenaires concernés, l’élaboration d’un plan national de gestion en faveur de la tourterelle des bois, qui permettra une bonne coordination de l’ensemble des actions conduites dans les territoires et contribuera à créer des conditions favorables à l’augmentation de sa population.

 

Enfin, la tourterelle est une espèce migratrice, également chassée dans d’autres pays de son couloir de migration, notamment en Espagne où les chasseurs en prélèvent plus de 800 000 par an. Le gouvernement va donc informer la Commission européenne de la mise en place d’un quota substantiellement inférieur au niveau de prélèvements pratiqué jusqu’alors en France, afin que celle-ci puisse inviter d’autres pays européens à s’engager dans une démarche analogue dans le cadre d’un plan de gestion adaptative de l’espèce.

 

C’est par la somme de ces trois actions – réduction du niveau de prélèvements par la chasse en France, protection et restauration des habitats et mise en place de politiques analogues de gestion adaptative dans les pays voisins – que l’état de conservation de la tourterelle des bois pourra s’améliorer dans les années à venir.