Les missions du superviseur général des données

Le Mardi 12 juin 2018
Le ministère est un acteur majeur pour l'ouverture et le partage des données. Les politiques publiques dont il a la charge sont profondément modifiées par le développement des pratiques et usages liés au numérique. Les bases de données qu’il gère, directement ou par l’intermédiaire de ses opérateurs sont massives, diverses et centrales pour dynamiser la vie démocratique, pour stimuler l’innovation économique et sociale...

Accélérer la valorisation des bases de données nécessite l’institution d’une fonction de haut niveau, auprès du ministère : le superviseur général des données.

Le superviseur général des données du ministère, en charge de la politique de la donnée, a pour objectif principal de valoriser les données. Il dispose de six voies principales pour cela :

  • Favoriser la montée en qualité des données.
  • Poursuivre l’ouverture des données publiques du ministère. Les données sont réutilisables simplement, librement et gratuitement. Elles participent à un potentiel d'innovation économique et sociale.
  • Aider le ministère à mieux utiliser ses propres données.
  • Stimuler les écosystèmes qui utilisent les données du ministère, notamment pour favoriser l'innovation au service des usagers et de la transformation numérique de l'État.
  • Mettre les sciences de la donnée au service du ministère.
  • Animer un réseau de correspondants en relation avec les directions générales, les opérateurs et l'administrateur général des données.

Le commissaire général au développement durable est le superviseur des données du ministère. Le commissariat général au développement durable est chargé de la supervision générale des données du ministère ainsi que de l'évaluation et de la mobilisation des moyens nécessaires pour le développement de la mise à disposition de ces données à des fins de connaissance, d'étude, de recherche et d'évaluation.
 

La feuille de route de la supervision générale des données

Cette feuille de route de la supervision générale des données se décline en quarante mesures organisées autour de quatre axes :

  • Favoriser la diffusion et le partage de la donnée au sein du pôle ministériel.
  • Connaître nos propres données.
  • Développer lesoutils.
  • Répondre aux enjeux de protection, de sécurité et de traçabilité des données.

Parmi les chantiers prioritaires, on peut relever :

  • Définir les modalités d’une gouvernance partagée qui croise les dimensions métier, données, transformation numérique et systèmes d’information et qui permet un échange avec les utilisateurs des données.
  • Finaliser l’inventaire des données du pôle ministériel avec une sémantique partagée et mettre en qualité les données les plus critiques.
  • Libérer la créativité des agents avec un accompagnement dans les projets, dans les outils ou les technologies innovantes, et grâce à un nouveau socle technique performant.
  • Systématiser l’approche par interface de programmation applicative (la capacité des systèmes d'information à communiquer entre eux directement) pour accéder aux données.
  • Garantir la sécurité des données détenues avec une nouvelle approche sur le cycle de vie de la donnée.

Saisir le superviseur général des données

Le superviseur général des données peut être saisi par toute personne de toute question portant sur la circulation, l'ouverture et la qualité des données. Le formulaire présenté sur cette page suffit à effectuer cette saisine. Le superviseur général des données s’engage à saisir les services concernés. Par ailleurs, les collectivités territoriales, les personnes morales de droit public et les personnes morales de droit privé chargées d’une mission de service public ont par ailleurs la capacité de saisir le superviseur général des données, pour avis, de toute question liée à l’utilisation par leurs services des données du ministère.