La mobilisation internationale pour les emplois et compétences

Le Jeudi 7 février 2019
Si un consensus émerge aux niveaux international et européen quant à la nécessité de répondre aux besoins de compétences liés à la transition écologique, les perspectives de développement des activités environnementales diffèrent selon les pays. L’anticipation des conséquences de la transition écologique sur les compétences professionnelles fait l’objet de nombreuses études depuis le début des années 2000, tant en France qu’à l’étranger (USA, Royaume-Uni, Allemagne, Norvège…). Alors que l’adéquation entre activités environnementales et compétences des travailleurs fait partie des préoccupations des organisations internationales, la France joue ainsi un rôle important en tant que pays précurseur en termes d’intégration réciproques entre les politiques environnementales et celles de développement des compétences.

La Cop21 qui s’est tenue à Paris en décembre 2015 a été l’occasion de souligner la nécessité d’adapter les emplois et la formation aux nouvelles compétences nécessaires à la transition écologique et énergétique pour l’ensemble des pays. Ce travail de réflexion doit se prolonger. Le changement climatique est un problème global qui nécessite une réponse globale. Les acteurs de la société civile, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics doivent travailler ensemble afin de pouvoir agir de manière efficace et coordonnée à l’accompagnement des emplois et des compétences.

Le ministère et les organisations internationales concernées coopèrent pour développer un nouveau dialogue international et mettre en place des synergies entre les États. A cet effet, a été fondée la Platform for Green Human Capital composée par :

  • Le ministère.
  • L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.
  • La banque asiatique de développement.
  • L’organisation internationale du travail.
  • L’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture et le centre international de l’Unesco pour l’enseignement et la formation techniques et professionnels.
  • L’agence française de développement.
  • L’alliance villes emploi.

Cette plateforme a organisé divers événements adaptés à des publics spécifiques dans les différents lieux de la CopP21, sur les thèmes de l’emploi et de la formation en lien avec le changement climatique. Le ministère a piloté l’évènement du 3 décembre 2015, au Pavillon France, intitulé « Lutter contre le changement climatique avec les acteurs de l’emploi, de la formation et du développement ».

Afin de prolonger cette action, la présidente de la Cop21 a adressé un courrier aux membres de la Platform for Green Human Capital en les sollicitant pour élaborer des messages à porter au plan international afin d’illustrer la contribution des politiques de l’emploi et de la formation à la transition écologique. Elle les invite à veiller à l’identification des expérimentations ou des projets nationaux ou territoriaux qui peuvent être qualifiées d’« exemplaires » et à élaborer des propositions concrétisant l’intégration des politiques de l’emploi et de la formation à la lutte contre le changement climatique.

Le guide d'accompagnement des politiques de verdissement des compétences

Le travail collaboratif mené au sein de la Platform for Advancing Green Human Capital a débouché sur la publication d'un guide pour la mise en place de politiques de développement des compétences liées à la transition écologique. Ce guide est destiné à toute autorité ou structure impliquée dans la mise en œuvre de politiques croisées en matière d'emploi, de compétences et de transition écologique. Il a été diffusé en langue anglaise à l'occasion de la Cop23.

Le contenu de cette publication a fait l'objet d'une réflexion collective sur la plateforme de discussion portée par l'Unesco-Unevoc (centre international de l'Unesco pour l'enseignement et la formation techniques et professionnels). La version traduite en langue française en 2018 est enrichie des contributions de l'ensemble des participants à cette plateforme