Naufrage du navire de commerce Grande America dans le golfe de Gascogne : les services de l’État mobilisés pour sécuriser la situation

Le Mercredi 13 mars 2019

Ce mardi 12 mars 2019 dans l’après-midi, le navire italien Grande America a coulé par 4600 mètres de fond, à environ 180 nautiques (333 km) à l’ouest des côtes françaises.

Le Grande America subissait un incendie depuis le dimanche 10 mars en soirée, dont l’ampleur s’est décuplée ces dernières heures, rendant son extinction impossible et aggravant fortement la forte inclinaison du navire sur son côté droit.

Dès l’accident connu, Francois de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, avait pris l’attache avec l’amiral Lozier, préfet maritime de l’Atlantique  pour évaluer la situation et définir les actions à mener.

Plusieurs moyens aéro-maritimes ont dès lors été engagés par le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS Etel) sous la coordination du préfet maritime. La mobilisation et l’intervention exceptionnelle de la Marine britannique ont permis de secourir les 27 personnes qui se trouvaient à bord. Elles ont été rapatriées indemnes à Brest.

« Je salue l’action des civils et militaires mobilisés sur le site de l’accident sous l’autorité du préfet maritime, ainsi que la coopération des marines britanniques et françaises qui ont permis d’éviter un drame humain. Avec le naufrage du navire, s’ouvre maintenant le temps du suivi particulièrement étroit des risques de pollution et de la mise en œuvre de tous les moyens nécessaires pour les contenir. Des recherches approfondies devront par ailleurs être menées pour déterminer les responsabilités de chacun dans cet événement, et l’armateur devra prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et contenir les risques de pollution. Cet accident maritime nous rappelle à la vigilance permanente dont il faut faire preuve en matière de navigation maritime au large de nos côtes », a déclaré Francois de Rugy.

« Je veux remercier l’ensemble des services de l’État, tous ceux qui sont à l’œuvre sur le terrain depuis les premiers instants de cet incendie pour faire face à la situation. Nous restons totalement mobilisés pour suivre l’évolution du naufrage et de ses conséquences et prendre toutes les mesures qui s’avéreront nécessaires », a déclaré Elisabeth Borne.

Pour rappel, à la suite de l’activation du dispositif ORSEC Maritime, le Préfet maritime Atlantique a notamment ordonné la mobilisation de plusieurs moyens de l’Etat en mer :

-    Dispositif de gestion de crise ;
-    Experts de lutte antipollution et de lutte contre les risques technologiques qui ont été mobilisés pour définir les stratégies d’intervention ;
-    Avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale pour le repérage sur zone ;
-    Remorqueur Abeille Bourbon, qui a mené une première lutte contre l’incendie sans succès ;
-    Frégate Aquitaine de la Marine nationale avec hélicoptère et navire de soutien Sapeur pour assurer la sécurité de la zone, et évaluer en temps réel la situation, y compris s’agissant des éventuels risques de pollution.

Le préfet maritime poursuivra la coordination opérationnelle des moyens sur zone pour circonscrire les risques de dérive de conteneurs, suivre l’évolution des risques de pollution, les prévenir, et mettre en œuvre les stratégies de lutte antipollution qui s’avèreraient nécessaires.

Enfin, l’armateur, qui a été mis en demeure par le préfet maritime et qui avait mandaté deux remorqueurs, devra reconfigurer son intervention.

 

 

Pour toute information complémentaire, contacts :

Service Presse de M. François de RUGY : 01 40 81 65 52
Service Presse de Mme Elisabeth BORNE : 01 40 81 77 57