Nicolas Hulot appelle à faire reculer la date du Jour du Dépassement

Le Mercredi 1 août 2018

Crédits : M. Cay. Adobe Stock
Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire a pris la parole, le 1er août 2018, dans une émission diffusée dans le monde entier par Global Footprint Network à l’occasion du Jour du Dépassement 2018. Il a rappelé l’urgence à stopper le changement climatique et l’érosion de la biodiversité pour faire reculer cette date symbolique qui marque chaque année le moment où l’humanité vit à crédit.

#MoveTheDate - Jour du dépassement : 1er août 2018

Afficher la version texte de la vidéo

Aujourd'hui c'est le Jour du Dépassement. Cela signifie qu'à partir de maintenant, nous avons, au niveau mondial, consommé toutes les ressources que la Planète est capable de régénérer en une année.
Si toute l'Humanité vivait comme nous, en France, il faudrait disposer de 2,9 planètes pour subvenir à nos besoins.
C'est le moment ou jamais de dire stop, de prendre les choses en main et de décider de notre avenir collectivement.

#MoveTheDate

❖ RETROUVEZ-NOUS SUR

▶︎ SITE WEB : http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/
▶︎ FACEBOOK : https://www.facebook.com/TransitionEc...
▶︎TWITTER : https://twitter.com/Min_Ecologie
▶︎ LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/mini...

Chaque année, l’humanité consomme plus que ce que la planète peut lui offrir

En 212 jours, à partir du 1er août, nous avons consommé l’ensemble des ressources que la nature peut régénérer en un an. Si toute l’Humanité vivait comme les Français, il faudrait disposer de 2,9 planètes pour subvenir aux besoins de l’ensemble de l’Humanité.
Chaque année, le « jour du dépassement de la Terre » est calculé par l’institut de recherches californien Global Footprint Network. Cette date ne cesse d’avancer dans le calendrier, nous avons perdu deux jours depuis l’année dernière et des mois depuis la création du calcul de cette date : au début des années 1970, la date retenue était celle du 29 décembre.

Le rapport de WWF sur le Jour du Dépassement démontre que les 2/3 de l’empreinte écologique de la France sont liés :

  • à l’énergie et au logement : émissions de gaz à effet de serre,
  • aux déplacements et à la mobilité : transports
  • à l’alimentation : agriculture, pêche, artificialisation des sols, destruction des forêts.

Sur chacune de ces principales pressions exercées sur l’environnement, l’État s’est engagé à changer d’échelle.

Il est encore temps d’inverser la tendance en changeant notre façon de produire et de consommer

« Nous devons réapprendre à produire, et à consommer, car la poursuite des comportements actuels conduira inexorablement à des effondrements d’écosystèmes qui auront des conséquences tragiques sur notre économie, notre santé, notre alimentation. »
Nicolas Hulot
« Passons maintenant de la parole aux actes. Citoyens, entrepreneurs, associations, élus locaux ou nationaux : nous avons tous un rôle à jouer. Chaque geste concret compte. Avec le plan climat, le développement massif des énergies renouvelables, les contrats de transition écologique, nous sommes dans le concret, nous sommes dans l’écologie de la preuve ».
Sébastien Lecornu
« C’est aussi par les gestes de chacun, l’écologie du quotidien, que nous gagnerons la bataille contre le réchauffement climatique. Faisons le pari de modifier le cours de l’Histoire en entrant notamment dans la boucle de l’économie circulaire. Nul autre modèle de société ne nous permettra d’y parvenir".
Brune Poirson