Nicolas Hulot et Christophe Itier lancent le Mois de l’Économie sociale et solidaire

Le Mercredi 25 octobre 2017
Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’Économie sociale et solidaire et à l’Innovation sociale, ont ouvert ce mercredi le Mois de l’Économie sociale et solidaire (ESS), qui fête ses dix ans.

« Au cours de ces dix dernières années, l’ESS s’est imposée comme un modèle économique à part entière, bouleversant les codes de l’économie traditionnelle. Elle innove, recrute des talents, crée du lien social là où il n’y en avait plus. Et redonne un sens à notre travail individuel et collectif. Le développement de l’ESS est un enjeu majeur si nous voulons réussir la transition écologique car elle est une économie d’avenir », a déclaré Nicolas Hulot devant les acteurs du secteur réunis à l’Hôtel de Roquelaure pour le lancement du Mois de l’ESS.

L’ESS incarne un entrepreneuriat où l’humain prime sur le profit, où l’efficacité économique sert l’intérêt général. Pour accélérer le développement des entreprises de l’ESS, Christophe Itier élaborera une feuille de route de l’ESS avec deux axes forts, à commencer par un pacte de consolidation et de croissance. Ce pacte regroupera l’ensemble des mesures d’ordre fiscal, règlementaire et législatif pouvant accompagner les entreprises de l’ESS, quel que soit leur statut. Il encouragera également les coopérations et regroupements d’entreprises de l’ESS.

L’autre priorité de la feuille de route sera de créer un « accélérateur d’innovation sociale » pour soutenir la capacité d’innovation de l’ESS, insuffisamment reconnue et favorisée, via un incubateur de projets. « Écrivons ensemble cette nouvelle page de l’ESS », a lancé Nicolas Hulot.

L’économie sociale et solidaire rassemble les entreprises qui cherchent à concilier solidarité, utilité sociale et économie. Elle représente 10% du PIB et 2,3 millions de salariés en France. Un des axes majeurs de la politique du Gouvernement vise à renforcer et développer le modèle économique des 165 000 entreprises concernées, associations, fondations, coopératives, mutuelles, sociétés commerciales. Elles sont en effet porteuses de solutions – souvent innovantes – aux grands enjeux sociaux, sanitaires et environnementaux de notre société, mais souffrent trop souvent encore d’un manque de visibilité sur leurs perspectives économiques, et d’une insuffisance de marges de manœuvres réelles.

Retrouvez le dossier de presse sur le lancement du Mois de l'ESS