Nos objets ont plein d’avenirs

Le Lundi 25 novembre 2019

Crédits : A. Bouissou / Terra
Le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Ademe ont dévoilé la nouvelle campagne de mobilisation, Nos objets ont plein d’avenirs, destinée à favoriser l’allongement de la durée d’usage des objets de consommation courante.

Longue vie à nos objets

Afficher la version texte de la vidéo

Nos objets ont plein d’avenirs. Réparez, achetez d’occasion ou reconditionné avec longuevieauxobjets.gouv.fr

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Ademe ont dévoilé une nouvelle campagne de mobilisation, Nos objets ont plein d’avenirs. Objectif : présenter les bons réflexes à adopter afin d’éviter d’acheter systématiquement du neuf ou de jeter.

En parallèle, l’Ademe a présenté les premiers résultats d’une étude portant sur les bénéfices environnementaux et économiques de l’allongement de la durée d’usage d’un objet (les résultats complets seront disponibles en 2020).  

Trois facteurs ont été observés :

  • les bénéfices obtenus si l’objet est conservé 1 an de plus que la durée d’usage moyenne ;
  • les bénéfices obtenus si l’objet en panne est réparé (et pas remplacé) ;
  • les bénéfices obtenus si l’objet est remplacé moins souvent (beaucoup d’objets sont remplacés alors qu’ils fonctionnent encore).

À titre d’exemple, si en France la durée d’usage moyenne de l’ensemble des smartphones était augmentée d’un an181 000 tonnes de CO2 seraient évitées, soit l’équivalent des émissions annuelles d’une ville de 45 000 habitants.

44%

C’est le pourcentage des objets en panne qui sont réparés.

Un site internet : longuevieauxobjets

Au cœur du dispositif, le ministère et l’Ademe mettent en ligne un nouveau site : longuevieauxobjets.gouv.fr. Des conseils pratiques, des tutoriels, des actualités, des outils pour partager ses objets entre voisins ou encore diagnostiquer les pannes : le citoyen pourra y trouver de nombreux conseils. Un annuaire sera également à sa disposition : il pourra identifier les professionnels les plus à même d’allonger la durée de vie de ses objets. Ces professionnels peuvent être de tout type : associations, entreprises, commerçants indépendants, artisans, collectivités, enseignes de grande distribution, plateformes numériques… En parallèle, une campagne média sera déployée afin de mobiliser et accompagner le passage à l’action.

« L’urgence climatique exige que nous transformions nos manières de consommer et de produire. C’est pour cela que la France est en transition vers une économie circulaire : une économie durable, plus sobre dans l’usage qu’elle fait des ressources de la planète. Une économie qui doit aussi permettre à nos sociétés d’être plus justes : on ne peut plus accepter de jeter sans y penser, alors que certains manquent de tout. Prendre le réflexe de la réparation, c’est accessible à chacun et ça bénéficie à tous. »
Brune Poirson