À Paris, matériaux nobles cherchent réemploi

Le Mardi 6 mars 2018

Crédits : A. Bouissou/Terra
Pavés, grilles d’arbres métalliques, bancs verts en bois… si ces éléments incontournables du décor parisien semblent traverser le temps, c’est qu’à Paris les services de voirie recyclent des matériaux et du mobilier urbain provenant de la ville même. Situé à Bonneuil-sur-Marne (94), le centre de maintenance et d’approvisionnement de la Ville de Paris est la plaque tournante de cette politique qui traduit en actes l’économie circulaire dans le domaine des travaux publics.

Pierres naturelles

Quand, dans la plupart des villes, les marchés publics de travaux prévoient la fourniture et la pose des matériaux par l’entreprise de BTP, la Ville de Paris a fait le choix de longue date de fournir elle-même les matériaux, dont elle teste la qualité dans son laboratoire d’essais. Parmi ces matériaux, certains sont issus du sol et du sous-sol de Paris même. « Ils nous viennent des 400 à 450 chantiers de récupération qui sont conduits à Paris chaque année, explique Patrick Marchetti, chef du centre de maintenance et d’approvisionnement de la direction de la voirie et des déplacements, situé à Bonneuil-sur-Marne (94). On récupère des pavés de grès ou de granit. À un moment, s’est posée la question : qu’est-ce qu’on fait de tous ces matériaux nobles gardés ici en stock ? » À partir de là, la stratégie municipale a évolué, privilégiant à chaque fois que cela était possible le réemploi ou le recyclage de matériaux de récupération.

En fonction de leur nature et de leur état, les matériaux sont réemployés tels quels après un simple nettoyage – par exemple les pavés mosaïques ou les bordures de trottoirs – ou sont transformés en un nouveau produit après découpe dans les dimensions souhaitées, par exemple des pavés pour zones enherbées.

Du mobilier urbain, tel que grilles d’arbres et bancs en bois avec pieds métalliques, est également récupéré et stocké à Bonneuil-sur-Marne avant de repartir pour une seconde vie, après avoir subi un traitement de rénovation pour ces derniers.

« Il y a 10 ans, la Ville de Paris faisait poser 80 % de matériaux neufs pour les pierres naturelles, aujourd’hui les proportions sont inversées au profit des matériaux de récupération. »
Patrick Marchetti, chef du centre de maintenance et d'approvisionnement.

Paris, carrière de granit

« On estime que deux millions et demi de tonnes de pierres naturelles sont posées à Paris, souligne Patrick Marchetti. Chaque année, on en extrait de huit à dix mille tonnes. C’est pourquoi j’ai coutume de dire que Paris est une carrière de granit ! Et avec les chantiers du Grand Paris, le potentiel est encore plus grand ». Exploiter cette carrière locale permet d’éviter d’extraire du granit breton ou d’importer des matériaux d’Espagne pour approvisionner les chantiers parisiens tels que le prolongement du tramway T3 ou le réaménagement du quartier de l’hôpital Broussais.

Cette stratégie a commencé à faire des émules parmi les collectivités avoisinantes, certaines ayant conclu un partenariat avec le centre de Bonneuil-sur-Marne pour y stocker et faire traiter leurs matériaux de récupération avant réemploi sur leur territoire. D’autres achètent directement des matériaux de récupération du centre pour leurs opérations d’aménagement, réalisant ainsi des économies substantielles : « Nous les cédons au prix de revient, 40 € au lieu de 120 € la tonne de granit neuf », précise Patrick Marchetti.

Un argument de vente

« Traditionnellement les architectes et maîtres d’œuvre veulent des matériaux neufs qui brillent le jour de l’inauguration, mais depuis la COP21 le réemploi ou recyclage des matériaux est devenu un argument de vente. De plus en plus, les aménageurs tiennent compte des matériaux en stock ici dès la conception de leur projet » souligne Patrick Marchetti. Et si, économiquement, certains matériaux recyclés peuvent revenir plus cher que le neuf, les gains environnementaux en matière d’extraction, de transports, de mise en décharge plaident en faveur des matériaux de récupération.

En images : le recyclage des matériaux de voirie par la Ville de ParisMatériaux nobles cherchent réemploi