Les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs sont désormais interdits

Le Jeudi 3 janvier 2019

Crédits : A. Bouissou / Terra
Acheter, utiliser ou stocker des pesticides chimiques pour jardiner ou désherber est interdit à compter du 1er janvier 2019. Issue de la loi Labbé, cette nouvelle mesure vise à protéger votre santé et l’environnement.

Particuliers, jardiniers amateurs… la réglementation évolue

À compter du 1er janvier 2019, la réglementation contre l’utilisation les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs évolue. Vous ne pouvez plus les acheter, les utiliser et les stocker pour jardiner ou désherber.

Pour rappel, les pesticides, aussi appelés produits phytopharmaceutiques, servent à protéger les plantes. Il s’agit d’herbicides, fongicides, acaricides, anti-limaces… Les pesticides de biocontrôle, à faible risque ou utilisables en agriculture biologique restent autorisés.

Cette interdiction concerne aussi les collectivités qui n’ont plus le droit, depuis janvier 2017, d’utiliser ces pesticides sur les espaces verts, les forêts, les voiries ou les promenades accessibles ou ouverts au public.

Jardiner sans pesticide : quelles solutions alternatives ?

Vous êtes jardinier amateur ? Pour remplacer les pesticides chimiques, il vous est par exemple possible de :

  • planter des plantes locales, au bon endroit selon l’exposition et la nature du sol,
  • cultiver à proximité les unes des autres des plantes qui s’apportent des bénéfices mutuels,
  • utiliser les plantes et les animaux auxiliaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs,
  • favoriser la biodiversité, alterner les cultures, adopter le paillage pour protéger vos végétaux des herbes indésirables et de la sécheresse.

[Infographie] Jardinons au naturel

[Infographie] Jardinons au naturel

Afficher la version texte de l'infographie

Les plantes indésirables et les maladies menacent vos cultures ? Plutôt que d'utiliser des pesticides dangereux pour notre santé et celle de la planète, privilégions les solutions naturelles !

  1. La bonne plante au bon endroit adaptée à votre sol et au climat de votre région. Toutes les plantes n'ont pas les mêmes besoins en lumière, en eau et en éléments nutritifs. Renseignez-vous auprès de votre vendeur sur les espèces résistantes aux maladies et aux ravageurs. 
  2. Les amis du jardinier : en favorisant la présence de prédateurs auxiliaires naturels appelés "auxiliaires". Alors que les coccinelles se nourrissent de pucerons, les chrysopes dévoreront chenilles, asticots et autres insectes nuisibles. Et si vous installiez une mare ? Vous aurez peut-être la chance de voir des libellules arriver dans votre jardin. 
  3. Une nouvelle esthétique du jardin : en utilisant le paillage ou des plantes couvre-sol pour éviter la pousse des plantes indésirables. La tonte haute -6 à 8 cm) favorise le développement, la bonne santé et le bon aspect de la pelouse. 
  4. Les moyens de protection : en installant dans votre verger des bâches ou des voiles anti-insectes, des filets protecteurs contre les oiseaux ou des pièges contre les rongeurs. La sciure de bois ou la cendre sont de bons moyens de repousser limaces et escargots. 

Plus un jardin accueille de biodiversité, plus il ressemble à un écosystème naturel et plus il a la capacité de se défendre contre les aléas climatiques et les ravageurs.

Toutes les informations pour jardiner sans pesticides : www.jardiner-autrement.fr 

À noter
Bouteilles, bidons, flacons, sprays… pensez à rapporter vos pesticides en déchetterie ou dans des points de collecte temporaire, si possible dans leur emballage d’origine. Cela permet de bénéficier d’une prise en charge et d’un traitement sécurisés, dans des conditions respectueuses de l’environnement. Ne jetez pas ces produits à la poubelle ou dans les canalisations.