Fermer la fenêtre

Améliorer le quotidien de tous les Français

Le Mardi 5 septembre 2017
La lutte contre le réchauffement climatique est indissociable de l’amélioration du quotidien de tous les Français, sans exception. Cette notion de solidarité passe par des mesures très concrètes comme l’éradication des bâtiments mal isolés, le développement des aides pour les voitures les moins polluantes à destination des plus modestes…

Faire de la rénovation thermique une priorité nationale et éradiquer la précarité énergétique en 10 ans

Dans le domaine du logement, le Gouvernement souhaite proposer un accompagnement à tous les Français à revenus modestes, pour que locataires et propriétaires en situation de précarité énergétique (c’est-à-dire ayant des difficultés à se chauffer ou à payer leur facture d’énergie) puissent se voir proposer une solution.

Le gouvernement se fixe comme objectif de faire disparaître en dix ans les logements qui, mal isolés, conduisent à la précarité énergétique.

À l’université de la Réunion, le 1er amphithéâtre à énergie positive

L’amphithéâtre de l’université de la Réunion est capable de se rafraîchir sans climatisation. Comment ? En se protégeant du soleil et en favorisant la circulation naturelle de l’air. Le résultat : une réduction de la température ressentie de 4 °C et une consommation énergétique 5 fois moins importante qu’un bâtiment classique. Il produit par ailleurs 7 fois sa consommation, grâce à sa toiture photovoltaïque. C’est le premier amphithéâtre à énergie positive au monde.

7

millions de passoires thermiques (logements mal isolés) aujourd’hui en France

Rendre la mobilité propre accessible à tous et développer l’innovation

Le gouvernement va mettre en place une prime à la transition pour remplacer les véhicules qui ne sont pas éligibles à la vignette Crit’Air par des véhicules neufs ou d’occasion, moins polluants et plus économes en carburant, en fonction de l’évolution de la fiscalité écologique. Cela permettra de réduire la pollution, mais aussi d’aider les ménages qui n’ont pas aujourd’hui les moyens d’acheter un véhicule aux normes Crit’Air.

6

millions de vignettes Crit’air commandées partout en France au 3 juillet 2017

Sous l’égide de la ministre chargée des Transports, les Assises de la mobilité (septembre 2017), vont préparer la loi d’orientation des mobilités qui sera présentée au premier semestre 2018. L’objectif est de se projeter dans la mobilité de 2030 et de construire les politiques qui y mènent.

Le transport est aujourd’hui le premier secteur responsable des émissions de gaz à effet de serre en France. C’est aussi un secteur en pleine transformation, avec le développement des mobilités douces, mais aussi des véhicules électriques. Une révolution de la mobilité du quotidien nous attend, avec des véhicules plus autonomes, plus partagés.

Cette révolution, c’est une opportunité formidable qu’il faut accélérer. C’est pourquoi le Plan Climat fixe l’objectif de mettre fin à la vente de voiture à essence ou au diesel en 2040, pour encourager les constructeurs automobiles à innover et à devenir leader de ce marché. D’autres pays, comme l’Inde, les Pays-Bas ou la Norvège, se sont dotés d’objectifs très proches.

Sismo, une information multimodale intégrée

Pour répondre aux besoins de déplacement sur les nombreux bassins de vie de l’Oise, 14 autorités organisatrices de transport (AOT) se sont réunies dans le syndicat mixte des transports en commun de l’Oise (SMTCO). Cette structure est compétente pour coordonner les différentes offres de transport et favoriser l’intermodalité. Le dispositif Le système intégré de services à la mobilité dans l’Oise (Sismo) vise à faciliter les déplacements sur tout le territoire de l’Oise par un système billettique unique et par une information voyageurs en temps réel et multimodale (bus, cars, trains, vélo, covoiturage, etc.). Il permet également de réserver un transport à la demande ou un taxi. La gestion Le système repose sur le référentiel unique des données de l’offre de transport : chaque AOT alimente le système avec son offre, complétée par l’information fournie par les capteurs embarqués dans les 700 véhicules. L’usager peut donc bénéficier d’une information en temps réel, diffusée sur 170 bornes d’information, dans chaque véhicule, sur internet (www.oise-mobilite.fr, application mobile, accès par QR code sur l’ensemble des 5 000 arrêts) et par téléphone (centrale d’information sur les transports collectifs et de réservation de services de transport à la demande). 

Travailler au cœur des territoires

L’État contractualisera avec les territoires qui ont témoigné de leur forte volonté de se mobiliser pour la transition énergétique pour leur donner les moyens de contribuer aux objectifs nationaux et à la création d’emplois.

Permettre à tous de consommer de manière responsable et solidaire

La consommation responsable, c’est permettre aux Français de produire et consommer leur propre électricité. C’est ce que l’on appelle l’autoconsommation. L’État soutiendra les quartiers ou les zones rurales qui souhaitent produire et consommer leurs propres énergies renouvelables, comme le biogaz, ou l’énergie solaire.

14000

foyers français produisent et consomment leur propre électricité (source : Enedis, avril 2017)

Donner aux petites et moyennes entreprises les moyens d’agir contre le changement climatique

L’économie circulaire permet de réduire les déchets et les flux de matières premières et d’énergie. C’est une révolution industrielle majeure, source de compétitivité et d’innovation. Pour aider les entreprises françaises, et en particulier les PME, à agir pour le climat, l’État apporte une aide aux petites entreprises qui souhaitent faire des économies de matières et d’énergie.

La feuille de route pour l’économie circulaire en 2018 intégrera les principales mesures qui pourront être prises afin de favoriser ce développement, notamment en termes de fiscalité des déchets, de modulation de l’écocontribution, de responsabilité élargie des producteurs.