Un plan d’actions pour lutter contre la pollution de l’air dans la vallée de l’Arve

Le Lundi 27 février 2017
Vallée de l'Arve
Crédits : Florian Pépellin - CC BY-SA 3.0
La vallée de l’Arve, en Haute-Savoie, est un des territoires français les plus exposés à la pollution atmosphérique : le chauffage domestique et un trafic routier intense rendent l'air particulièrement pollué pour les habitants de cette zone montagnarde. Le ministère a mis en place une série de mesures pour protéger la santé de la population.

Les principaux polluants dans la vallée de l'Arve

Les principaux polluants dans la vallée de l'Arve

Afficher la version texte de l'infographie

La vallée de l'Arve, en Haute-Savoie, est particulièrement sensible à la pollution atmosphérique. L'exposition de la population y est renforcée par la concentration des activités humaines et par sa situation en zone de montagne. Les principaux polluants :

  • Les oxydes d'azote (NOx) ;
    • Le trafic routier émet 77 % des NOx ;
  • Les particules PM10 et PM2,5, notamment en période hivernale ;
    • Le chauffage domestique émet 50 % des PM10.

Le plan d’actions : « Vallée de l’Arve : territoire respirable à énergie positive »

Le plan d’actions « Vallée de l’Arve : territoire respirable à énergie positive », lancé le 25 février 2017, fixe 4 objectifs pour protéger l’atmosphère et améliorer la qualité de l’air dans la vallée de l’Arve :

  • la suppression progressive du trafic des poids lourds très polluants dans la vallée ;
  • le renouvellement des véhicules du quotidien par des véhicules propres, notamment au gaz naturel ;
  • le remplacement de la totalité des équipements de chauffage polluants, notamment grâce au fonds « air bois » co-financé par l’Ademe et les collectivités de la vallée de l’Arve ;
  • l’accélération des travaux de rénovation énergétique des bâtiments, avec l’aide d’ambassadeurs de l’énergie qui accompagneront les particuliers et les entreprises.

Les mesures concrètes de ce plan d’actions pourront être mises en place grâce au programme « Territoire respirable », qui représente plus de 15 millions d’euros d’aides de l’Etat à destination de l’ensemble des secteurs polluants : transport, chauffage au bois, consommations d’énergie, activités industrielles.

Particules atmosphériques : la connaissance progresse

Les nombreuses sources d’émission de polluants et les mécanismes complexes de formation de ces polluants compliquent la lutte contre la pollution de l’air.

Malgré une baisse globale des concentrations de particules dans l’air ambiant, certaines zones du territoire français ne respectent pas les normes européennes sanitaires fixées pour ces polluants et des épisodes de pollution surviennent chaque année. Pour mieux cibler les actions, la connaissance sur l’origine des particules progresse.