Plan séisme Antilles : Un Comité de pilotage élargi aux élus locaux pour accélérer la réalisation des travaux de confortement des bâtiments publics

Le Jeudi 10 octobre 2019
Conformément à la trajectoire « 5.0 » (0 vulnérabilité) du Gouvernement en outre-mer, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, réaffirment leur ambition à accélérer la mise en oeuvre du Plan séisme Antilles.

Les Antilles françaises sont en effet les régions du territoire français où l’aléa et le risque sismiques sont les plus élevés. L’objectif est donc d’améliorer concrètement la résilience des Antilles face aux séismes et de renforcer une culture du risque déjà bien ancrée.

Le plan séisme Antilles a été mis en place dès 2007, sa deuxième phase couvre la période 2014-2020. Il définit une stratégie complète de prévention, qui prévoit le confortement parasismique ou la reconstruction de bâtiments publics devant être prioritairement sécurisés (établissements scolaires, habitat social, casernes de pompiers, bâtiments de l’État servant à la gestion de crise, etc.) ainsi que les actions indispensables de formation et de sensibilisation au risque sismique.

Ainsi, depuis son lancement, le plan séismes Antilles a permis de réaliser et de conventionner les travaux pour 30 % des établissements scolaires vulnérables, 30 % des logements sociaux vulnérables et 75% des Services Départementaux d’Incendie et de Secours.

Pour la première fois, et afin de renforcer l’association et la mobilisation des acteurs locaux, le Comité de pilotage national s’est réuni le 8 octobre 2019 en Guadeloupe, présidé par Frédéric Mortier, délégué interministériel aux risques majeurs en Outre-mer, avec les élus locaux des Antilles et les représentants de l’État (préfectures, direction générale de la prévention des risques, direction générale des Outre-mer).

À cette occasion, quatre priorités ont été actées :

- La nécessité de réaliser un bilan de la phase actuelle du plan dans le courant de l’année 2020, en concertation avec l’ensemble des acteurs, pour préparer la troisième phase du plan et pour confirmer l’engagement de l’Etat dans la durée ;

- Faire de la mise aux normes parasismiques et de la prévention, une priorité des prochains programmes opérationnels européens 2021-2027 ;

- Renforcer l’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage des collectivités pour accélérer les travaux de confortement parasismique du bâti ;

- Élaborer des références partagées des techniques et des coûts des travaux parasismiques afin d’optimiser la mise en sécurité des bâtiments.

Cet effort se poursuivra à travers les contrats de convergence et de transformation qui prévoient de mobiliser 133 M€ pour la période 2019-2022 (63 M€ de Fonds Barnier, 33 M€ pour les collectivités et 31 M€ de fonds européens, 6 M€ du ministère des Outre-mer), hors intervention de la Ligne Budgétaire Unique pour le logement social.

Le plan séisme Antilles en quelques chiffres :

  • Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin

- 267 millions d’euros de Fonds de Prévention des risques naturels majeurs (FPRNM) pour l’ensemble des opérations de mise aux normes parasismiques depuis 2007

  • Établissements scolaires

- 86 écoles primaires, 24 collèges, 22 lycées (achevés et engagés).

  • Logements sociaux

-  8 370 logements achevés et engagés.

  • Casernes de pompiers

- 2 conventions cadre en Guadeloupe et Martinique permettant de traiter 75% des casernes.