Prévision des inondations

Le Lundi 19 juin 2017
Le Ministère chargé de l’environnement a été chargé en 2003 de concrétiser l’évolution de l’annonce des crues vers la prévision des crues. Cela s’est traduit par la production et la diffusion de la vigilance crues et des prévisions associées, dispositif opérationnel depuis juillet 2006.
Le réseau VIGICRUES est en charge de cette mission régalienne de l’État qui participe à la politique de gestion du risque inondation.

Qu’est-ce que la vigilance crues ?

La crue est le phénomène qui consiste en une élévation de la hauteur d’eau et/ou l’augmentation du débit dans un cours d’eau.

L’inondation issue d’une crue est le phénomène par lequel l’eau sort du lit du cours d’eau et envahit les terres à proximité sur une enveloppe plus ou moins étendue.

L’inondation peut aussi être la conséquence de pluies intenses localisées qui déclenchent un ruissellement important.

Les services de prévision des crues surveillent les cours d’eau du réseau réglementaire sur leur territoire (défini par le Schéma directeur de prévision des crues SDPC). Les prévisionnistes qui y travaillent définissent un niveau de risque de crue et établissent des prévisions sur les 24 heures à venir, en expertisant les données météorologiques transmises par Météo-France et les données hydrométriques issues des stations de mesure ou des jaugeages réalisés par les hydromètres du réseau VIGICRUES.

Le Schapi (Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations) expertise, valide, synthétise ces données et publie au moins deux fois par jour 24h/24 et 7 jours/7 la VIGILANCE CRUES via le site d’information sur le risque de crues et d’inondation :

La VIGILANCE CRUES permet de prévenir les autorités et le public qu’il existe un risque de crues sur le réseau réglementaire (et donc éventuellement d’inondation) dans les 24 heures à venir, plus ou moins important selon la couleur de vigilance (vert/ jaune/orange/rouge). Cela permet aux autorités locales, notamment les préfets et les maires, ainsi qu’au public, de se mettre en situation de réagir de manière appropriée si le danger se précise, et de gérer la situation dans de meilleures conditions. Cette vigilance est relayée par le dispositif de vigilance météorologique mis en place par Météo-France.

La VIGILANCE CRUES a plusieurs particularités :

Elle localise le niveau de vigilance par tronçons ou ensembles de cours d’eau sur les 22 000 km du réseau hydrographique continental surveillé par l’État, aux abords desquels se situent plus de 75 % de la population qui vit ou travaille en zone inondable.

Elle est aussi accompagnée d’informations complémentaires :

  • les niveaux d’eau et les débits des cours d’eau observés en temps réel sur près de 1500 points de mesure télétransmis, ainsi que leurs variations au cours des derniers jours et des dernières heures,
  • des informations sur les évolutions prévues de niveaux d’eau et de débit, de façon de plus en plus systématique et pour des échéances pouvant aller au-delà de 24 heures.

Le réseau VIGICRUES prépare des réponses réalistes aux évolutions fortes de la demande sociale en matière d’anticipation des crues soudaines et de leurs conséquences, de prévision de l’enveloppe des zones inondées potentielles (au-delà des prévisions de hauteur d’eau dans les cours d’eau), de connaissance approfondie des régimes hydrologiques des cours d’eau.

Les acteurs du réseau VIGICRUES

  • Le Schapi (Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations), service à compétence nationale du ministère, rattaché au Service des risques naturels et hydrauliques de la Direction générale de la prévention des risques

Il assure la mission opérationnelle de validation, de production et de diffusion de la vigilance crues. Il pilote le réseau VIGICRUES tant d’un point de vue opérationnel que dans le cadre de la prospective vers de nouveaux outils.

Le Schapi a aussi pour mission d’assurer l’administration de la base nationale de données hydrométriques, la banque HYDRO dans le cadre du Système d’Information sur l’Eau (SIE).

  • Les 19 services de prévision des crues (SPC) (rattachés aux directions régionales ou interrégionales (DREAL) sauf 1)

Les prévisionnistes surveillent les cours d’eau et réalisent des prévisions sur le territoire couvert par le SPC conformément à leur règlement de surveillance, de prévision et de transmission de l’information sur les crues (RIC). Ils participent également aux évolutions majeures pilotées par le Schapi en termes de modélisation et d’amélioration des outils de prévision.

  • Les 25 unités d’hydrométries (UH) rattachées aux DREAL (20 en métropole et 5 outre-mer)

Les hydromètres installent les stations de mesure en rivière, assurent leur maintenance et collectent les données brutes qui sont transmises pour la plupart en temps réel. Ils réalisent également des jaugeages pour mesurer le débit correspondant à un niveau donné (courbe de tarage), ponctuellement mais avec une régularité suffisante pour déduire avec fiabilité les débits en continu à partir des niveaux relevés. Après vérification et ajustements, ils alimentent en données validées la banque HYDRO. L’ensemble de ces étapes se fait en respectant la Charte qualité de l’Hydrométrie et dans le cadre des plans d’organisation de l’hydrométrie (POH).

  • Les cellules de veille hydrologique (CVH) en Corse et dans les DOM

Elles permettent d’assurer une mission de veille opérationnelle sur les principaux cours d’eau du territoire, tant en période de crues qu’en période d’étiages.

Par ailleurs, une mission RDI (référent départemental pour l’appui technique à la gestion des crises d’inondation) est mise en place progressivement dans les directions départementales du territoire (DDT). Elle permet de mieux gérer l’information transmise aux acteurs de la sécurité civile et aux décideurs locaux pour la prise de décision relatives à la gestion de crise face au risque d’inondation. Elle constitue donc une interface entre le réseau VIGICRUES et les acteurs de la sécurité civile en charge de l’alerte et des mesures de sauvegarde des personnes et des biens.

Voir aussi

Les repères de crues, la mémoire des inondations

Les repères de crues se présentent sous différentes formes : trait ou inscription gravée dans la pierre, plaque métallique, macaron scellé, etc. Ces repères se trouvent sur différents types de bâtiments tels que les bâtiments publics ou privés, les quais, les piles de pont, etc.

Il est essentiel de laisser des traces matérielles pour sensibiliser, entretenir et transmettre une mémoire collective des inondations. Une mauvaise connaissance du phénomène inondation conduit souvent soit à minimiser le risque en oubliant les événements passés, soit à mystifier une inondation ancienne, qui a laissé des souvenirs terribles, car aucune donnée, source ou référence n’ont permis de la relativiser.

Les repères de crues apportent également des données très utiles pour la modélisation des cours d’eau et la cartographie des emprises inondées.

La plateforme nationale unique dédiée aux repères de crues, opérationnelle depuis le mois de septembre 2016 et faisant partie des produits regroupés sous la marque VIGICRUES permet d’homogénéiser la description, la bancarisation et la valorisation de ces données sur l’ensemble du territoire.

Les données cibles de ce nouvel outil sont les repères physiques mais également les marques d’inondation sous toutes leurs formes (laisses et marques temporaires, témoignages, photographies, etc.), ce pour tous les phénomènes d’inondation couramment rencontrés (débordements de cours d’eau, submersions marines, ruissellement, remontées de nappe, etc.). La plateforme couvre la France métropolitaine mais aussi l’outremer.

Afin de pouvoir impliquer l’ensemble des acteurs concernés, cette plateforme a été pensée pour permettre à la fois :

  • la consultation et l’accès aux données par tous ;

  • la contribution au recensement par les services techniques mais aussi par le citoyen qui peut apporter sa propre connaissance locale ;

  • la validation et l’expertise des données par les services référents afin de garantir la qualité du recensement.

Nativement compatible avec les supports mobiles (tablettes, ordiphones, etc.), elle offre ainsi des fonctionnalités intéressantes utilisant la géolocalisation de l’utilisateur :

  • recherche des repères situés à proximité de l’utilisateur ;

  • contribution au recensement dans le cas de la découverte d’un repère non encore identifié ou pour témoigner du niveau atteint après un événement d’inondation.

Cette plateforme est de plus intégrée dans le dispositif global de prévention du risque inondation. . Elle est identifiée, dans l’axe 1 du cahier des charges des plans d’actions de prévention des inondations des collectivités, comme source d’information de référence et réceptacle des données relatives aux repères de crues (et laisses de mer) des collectivités.

Elle contribue à l’action de sensibilisation au risque inondation, et permet de rendre le citoyen acteur en lui proposant de contribuer à la connaissance collective.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser