La productivité des ressources

Le Mercredi 20 mai 2020
La croissance économique mondiale est étroitement dépendante de la consommation de ressources matérielles (ressources minérales, biomasse, ressources énergétiques fossiles). Or, la plupart des problèmes environnementaux comme la raréfaction des ressources, le changement climatique, la dégradation mondiale des écosystèmes, les émissions polluantes et les déchets sont liés à l’extraction, la production, l’utilisation et la consommation de ces ressources.

Parallèlement, la lutte contre la dégradation des milieux conduit à des modifications dans la structure de la consommation des matières : par exemple, le déploiement des énergies renouvelables, indispensables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre appelle à une diminution des besoins en pétrole, en gaz et en charbon, mais à une augmentation des besoins en biomasse, en acier, en cuivre, en métaux rares...

Les communautés scientifique et politique et la société civile qui se préoccupent des enjeux environnementaux et de la gestion des ressources naturelles reconnaissent de plus en plus que le niveau actuel de la consommation de ressources matérielles et de sa croissance ne pourront pas continuer dans le futur tant pour des raisons économiques qu’environnementales.

Une croissance économique moins dépendante des ressources matérielles constitue un élément essentiel d’une croissance plus soutenable. Il s’agit, d’une part, de consommer moins de ressources pour produire une quantité donnée (augmentation de la productivité des ressources) et, d’autre part, de réduire les impacts environnementaux associés aux prélèvements et à l’utilisation de ces ressources.

Qu’est-ce que la productivité des ressources ?

La productivité des ressources permet de décrire l’efficacité avec laquelle une économie transforme les ressources naturelles en produits utiles ou en richesses et les impacts environnementaux associés. La productivité des ressources est généralement mesurée par le produit intérieur brut rapporté à la quantité de matières consommées par la population présente sur le territoire pour ses besoins propres. Cet indicateur exprime la quantité de richesses produite par unité de matières premières effectivement consommées par la population présente sur le territoire français. Son évolution traduit un découplage entre le produit intérieur brut et la consommation de matières. Le produit intérieur brut augmente plus vite que la consommation de matières. Le découplage peut être relatif (la consommation de matières continue d’augmenter mais à un rythme moins rapide que le produit intérieur brut) ou absolu (la consommation de matières diminue).

Pourquoi augmenter la productivité des ressources ?

Il existe de nombreuses raisons pour augmenter la productivité des ressources :

  • Assurer la disponibilité des ressources dans le futur.
  • Réduire les impacts de la volatilité des prix des matières premières.
  • Augmenter la sécurité d’approvisionnement en particulier pour les pays importateurs de ressources naturelles.
  • Réduire les impacts environnementaux y compris les émissions de gaz à effet de serre.
  • Réaliser des économies : dans de nombreux cas, les bénéfices des mesures mises en œuvre pour utiliser les ressources de façon plus efficace sont supérieurs à leurs coûts.

C’est donc une préoccupation non seulement environnementale mais aussi économique.

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe comme objectif d’augmenter de 30% la productivité des ressources entre 2010 et 2030.

Cela signifie qu’on se donne comme objectif d’augmenter de 30% la richesse créée par kilogramme de matière consommée en France entre 2010 et 2030. Cette loi comporte de nombreuses mesures visant à accélérer la transition vers l’économie circulaire. Prévoit de nombreuses mesures visant à réduire notre consommation d’énergie et en particulier notre consommation d’énergie fossile. Et prévoit l’élaboration d’un plan de programmation des ressources comme composante d’une stratégie nationale de transition vers l’économie circulaire.

Élaborée en étroite concertation avec l’ensemble des parties prenantes, la feuille de route sur l’économie circulaire réaffirme les objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, et renforce et complète les mesures relatives à l’économie circulaire.

La feuille de route prévoit également, dans son action cinq, l'élaboration d'un plan de programmation des ressources jugées les plus stratégiques, accompagné d’une politique industrielle ambitieuse de valorisation du stock de matières, en particulier pour les métaux critiques, contenues dans les déchets.

La loi du 10 février relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire crée de nouvelles filières de responsabilité élargie des producteurs, introduit de nouvelles interdictions sur l’usage des plastiques à usage unique et pour lutter contre le gaspillage des produits invendus et de nouveaux outils pour soutenir les entreprises dans leurs démarches d’écoconception et accompagner les citoyens dans de nouvelles pratiques de consommation

Le groupe d’experts sur les ressources

La France participe depuis 2010 au groupe international d’experts sur les ressources.

Le travail de ce groupe vise à rassembler toute l’expertise scientifique disponible en matière d’exploitation, d’utilisation et de dégradation des ressources naturelles. Il formule des synthèses à l’attention des décideurs, afin qu’ils puissent anticiper et éviter les impasses de développement. En particulier, un fort accent est mis sur la nécessité de produire plus de richesses avec moins de ressources, en découplant les deux trajectoires.

La France finance le groupe international d’experts sur les ressources à travers une contribution annuelle et siège à son comité de pilotage. Le comité de pilotage oriente les travaux, en décidant des thèmes des futurs rapports, en fonction des besoins de connaissance des décideurs publics. Il donne son avis sur le périmètre et le contenu proposé pour chaque rapport avant sa rédaction proprement dite. Il incite les experts à formuler des messages, en particulier dans les résumés opérationnels, qui soient compréhensibles et utilisables par les décideurs. Il décide également du règlement intérieur qui régit la vie du groupe. Ainsi, la France qui est fortement dépendante de ressources naturelles importées, au premier rang desquels les combustibles fossiles, mais aussi les métaux, peut-elle bénéficier d’une expertise de premier plan pour saisir tous les enjeux autour de ces ressources et orienter au mieux ses travaux nationaux sur l’économie verte et l’utilisation des ressources, comme prévu à l’article 69 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Par ailleurs, des experts français apportent, au groupe d’experts qui rédigent les rapports, leur connaissance scientifique. Ils interviennent en fonction de leurs compétences propres et non comme représentants de leur pays.

Le ministère organise régulièrement la diffusion des travaux du groupe international d’experts sur les ressources à l’intention des parties prenantes françaises. Si l’ensemble des rapports du groupe international d’experts sur les ressources est accessible sur son site internet, il est utile d’en assurer une diffusion ciblée vers les acteurs les plus concernés : décideurs publics, entreprises, associations environnementales, syndicats de salariés, parlementaires... C’est pourquoi le ministère organise régulièrement des conférences de présentation des principaux enseignements du groupe international d’experts sur les ressources.

L’alliance du G7 sur l’utilisation efficace des ressources

Crée par le G7 en juin 2015, l’alliance du G7 sur l’utilisation efficace des ressources est une plateforme d’échanges de bonnes pratiques tant privées que publiques qui a pour objectif de favoriser leur diffusion, voire leur généralisation.

Pour assurer la pérennité de cette alliance, les présidences successives du G7 se sont engagées à organiser des ateliers de travail sur différents thèmes en lien avec l’utilisation efficace des ressources. Une dizaine d’ateliers ont été organisés depuis le début de la création de l’alliance.

Les États membres du G7 se sont aussi engagés à mettre en œuvre des programmes d’actions ambitieux en matière d’utilisation efficace des ressources.

Deux rapports remis par le groupe international des experts sur les ressources (Gier) et l’OCDE demandés en 2015 par le G7 montrent notamment que des politiques d'utilisation efficace des ressources ambitieuses permettent de réduire le coût d'atteinte des objectifs climat de l'agenda de Paris et font des recommandations aux pouvoirs publics pour exploiter ce potentiel. Le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre de politiques d’efficacité matérielle a été approfondi dans un rapport du Gier publié en 2020 dans deux secteurs : les bâtiments et la mobilité.

En 2019, la France a présidé le G7. A cette occasion elle a co-organisé, avec la Commission européenne deux ateliers de travail, l’un portant sur les chaînes de valeur circulaires et efficaces dans l’utilisation des ressources (mars 2019), l’autre portant sur les politiques d’allongement de la durée de vie des produits (novembre 2019).

Politiques de rétention de la valeur et durée de vie des produits

Lors de cet atelier, les participants ont pu échanger sur les meilleures pratiques en matière de politique de rétention de la valeur et de la durée de vie des produits et réfléchir collectivement sur des pistes d’action et d’amélioration au niveau international.

Value retention policies

During this workshop, stakeholders had the opportunity to exchange best practices on value retention policies and  reflect together about improvement and action pathways at the international level.

Rendre les chaînes de valeur plus circulaires et plus efficaces dans l’utilisation des ressources

Tools making value chains more circular and resource efficient: Voluntary agreements, standardisation and non-financial reporting

Lors de cet atelier de travail les participants ont pu  partager leurs expériences sur le potentiel que représentent les accords volontaires, la normalisation et le reporting extra-financier, pour rendre les chaînes de valeur plus circulaires et plus efficaces dans l'utilisation des ressources.

 

Le G20 aussi se saisit du sujet

Le dialogue du G20 sur l’utilisation efficace des ressources a été créé sous présidence allemande en 2017. C’est le pendant de l’Alliance du G7 au niveau du G20. L’Allemagne a organisé une première réunion de ce Dialogue à Berlin en novembre 2017.

Après un premier atelier organisé par l’Argentine en 2018 le Japon a fait de l’utilisation efficace des ressources une des priorités de sa présidence du G20 en 2019. Le G20 a formalisé le fonctionnement du dialogue du G20 et élaboré une feuille de route composé d’un ensemble de thèmes sur lesquels un certain nombre de pays du G20 s’engageaient à jouer un rôle actif. Il a également organisé un atelier du Dialogue du G20 portant sur les plastiques.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser