Qista ou comment se débarrasser des moustiques

Le Mercredi 5 septembre 2018

Crédits : Tunatura / Adobe stock
Vous revenez de vacances et vous avez souffert des moustiques ? Ça ne sera peut-être à l'avenir qu'un vieux souvenir. La société Qista a en effet mis au point une solution innovante pour attirer et capturer les moustiques en imitant la respiration humaine. Une solution originale et naturelle développée grâce au réseau GreenTech verte du ministère de la Transition écologique et solidaire. Interview de son fondateur, Simon Lillamand.

Comment fonctionne concrètement le système Qista ?

Nous avons inventé une solution de démoustication éco-responsable qui fonctionne par mimétisme. La borne Qista simule la respiration humaine, expire du CO2 recyclé et expulse une odeur corporelle, similaire à l’odeur humaine. Le moustique, alors persuadé qu’une personne respire à l’intérieur de l’objet, s’en approche et est aspiré. Ce système est particulièrement efficace puisque nous arrivons à 88 % de baisse de nuisance, aussi bien dans des collectivités que chez des professionnels du tourisme ou des particuliers. Aujourd’hui nous intervenons par exemple dans des crèches de Marseille ou dans des écoles de la ville de Bouc Bel Air (13).

Et quels sont les avantages de cette invention ?

Notre technique ne requiert pas l’utilisation de produits chimiques ou de pesticides et n’a aucun impact sur l’environnement. C’est une solution durable et naturelle qui permet de démoustiquer au plus proche des habitations, mais aussi de traiter les problématiques de moustiques des marais, comme il peut y en avoir dans le Sud de la France, ou celles des moustiques-tigre. Une femelle moustique-tigre est par exemple capable de pondre 200 œufs toutes les 48 heures. En capturant toutes les femelles moustiques d’une zone donnée, nous empêchons le cycle de reproduction de se poursuivre.

Avez-vous mesuré les impacts sur la biodiversité ?

Le centre de recherche de la Tour du Valat, situé à Arles, a montré que nos pièges capturent 99,3% de moustiques contre 0,7% d’autres insectes. Il est aussi important de préciser que nous intervenons uniquement dans les lieux où les moustiques génèrent de la nuisance, c’est-à-dire dans les jardins ou dans les agglomérations. Nous n’intervenons pas dans les espaces sauvages et naturels, là où le moustique joue un rôle très important dans la chaîne alimentaire.