Quelle stratégie pour le développement du véhicule autonome en France ?

Le Lundi 14 mai 2018
Quels sont les enjeux liés au développement du véhicule autonome ? Quelles sont les actions prioritaires prévues par l’État ? La stratégie française pour le développement du véhicule autonome, présentée lundi 14 mai 2018, donne le socle de l’action de l’État en faveur du développement de ces véhicules.

Stratégie de développement du véhicule autonome : les principaux enjeux

Le développement du véhicule autonome est lié à 5 enjeux :

  • Tenir compte des attentes des citoyens et des territoires ;
  • Garantir la sécurité ;
  • Favoriser l’acceptabilité de cette technologie ;
  • Développer la compétitivité et l’emploi ;
  • Promouvoir la coopération européenne et internationale.

La stratégie du développement du véhicule autonome

3 exemples d’utilisation du véhicule autonome

Le véhicule autonome

Afficher la version texte de la vidéo

Du véhicule automatisé au véhicule autonome, les évolutions technologiques permettent aujourd’hui d’offrir des fonctionnalités de délégation de conduite de plus en plus performantes pour différents types de véhicules : véhicules particuliers, véhicules de transports collectifs, transport de fret et logistique.

Le transport de marchandises

« La Poste livre les centres-villes en voiture, à vélo ou à l’aide de chariots poussés par les facteurs. Dans le même temps, le nombre de livraisons de colis augmente et la part de courrier diminue. Face à ce double constat nous expérimentons le chariot autonome électrique qui facilite les livraisons et le travail des équipes. Il permet au facteur d’être libre de ses mouvements et de détecter la présence des piétons dans la rue. Testé à Nantes et Rueil-Malmaison, ce système est apprécié de nos équipes et montre que le véhicule autonome est complémentaire de l’humain. »

Charles Poutiers, directeur technique de la Poste Courrier Colis

Le transport collectif

« Nous expérimentons un service de navettes autonomes dans le bois de Vincennes qui a permis de transporter 50 000 passagers. D’une capacité de six places assises, ces véhicules desservent cinq arrêts sur un parcours d’un peu moins de deux kilomètres. À chaque trajet, les voyageurs sont accueillis par un agent RATP dont le rôle est d’informer et garantir la sécurité des navettes, qui fonctionnent en mode pleinement autonome. Le service est complémentaire des réseaux de transports existants puisqu’il permet d’atteindre des zones non desservies et de mailler le territoire. »

Mathieu Dunant, directeur de l’innovation du groupe RATP

La voiture individuelle

« Nous travaillons sur des véhicules qui permettront de transformer le temps subi dans les embouteillages ou sur autoroute en temps utile, avec en prime une sécurité renforcée. Notre rôle : mener des recherches sur la perception de l’environnement, la localisation, la communication avec les infrastructures et le choix des actions dans toutes les situations, sans oublier les interactions avec les piétons ; et valider nos avancées par des expérimentations sur des pistes d’essai, puis en conditions réelles. »

Luc Marbach, directeur général de l’ITE VEDECOM