Quels sont les pouvoirs des récifs coralliens ?

Le Jeudi 18 mai 2017
CNRS_20110001_1482_recifs-coralliens-banc-poissons-1
Crédits : Thomas Vignaud / CNRS Photothèque
Soleil inaltérable, mers translucides, longues plages de sable blanc, monde sous-marin d’une beauté confondante… L’image de carte postale associée aux récifs coralliens est certes une réalité, mais bien loin d’englober les trésors inestimables de ces écosystèmes tropicaux et les services indispensables qu’ils offrent à l’homme.
60 000

C'est le nombre de km2 des récifs coralliens français et leurs lagons, soit pas loin de 10 % des récifs et 20 % des atolls du monde. La France, grâce à ses outre-mer, les abrite dans trois des cinq océans du globe - Atlantique, Indien et Pacifique.

Les récifs coralliens, source de médicaments

Algues, coquillages, éponges, poissons, vers, crustacés, des centaines de milliers d’espèces prolifèrent dans les récifs coralliens, ce qui explique aussi la palette des services écosystémiques indispensables au bien-être humain qu’offre cet univers, à commencer par la promesse de ressources variées et d’espèces permettant de résister aux maladies, enjeu fondamental pour l’homme. Plusieurs médicaments ont déjà pu être mis au point, de nombreuses pistes sont à l’étude dans la lutte contre les cancers, les maladies cardiovasculaires, les leucémies ou le SIDA.

Le récif lui-même joue aussi un véritable rôle de protection des côtes contre l’érosion et les conséquences des changements climatiques. Faisant office de brise-lame, il limite les dommages sur la côte lors d’événements météorologiques extrêmes.

Il favorise bien sûr le développement d’une importante activité de pêche qui occupe près de 14 000 professionnels et procure un complément de ressources et de nourriture à plus de 90 000 ménages.

L'activité touristique, c'est 35 000 emplois directs

Le récif est aussi une machine extraordinaire à produire du sable utilisé dans de nombreux pays pour la construction d’habitations. Enfin et surtout c’est une formidable opportunité de développement touristique par la beauté des lieux et la présence d’espèces emblématiques. En France, chaque année ce sont plus d’un million de personnes qui partent à leur découverte, générant des bénéfices pour près de 1 000 prestataires de loisirs et à la source de plus de 2 800 emplois directs – 35 000 pour les emplois indirects dans l’hôtellerie, la restauration et le transport.

Un écosystème en danger

Milieu d’une extrême complexité, les récifs coralliens sont aussi d’une extrême fragilité et les dégradations à l’échelle mondiale ont atteint un stade critique. Aux actions humaines directes – surpêche, surexploitation des ressources, remblaiement, défrichements et terrassements, pollutions diverses et absence de traitement des déchets, commerces des poissons et des produits récifaux, tourisme enfin – s’ajoutent les effets des changements climatiques. Face à ces menaces et pour améliorer l’état de conservation des écosystèmes coralliens français, l’Ifrecor, l’Initiative française pour les récifs coralliens, s’emploie à organiser la gestion durable de ces écosystèmes sensibles. En favorisant leur prise en compte dans les stratégies nationales et locales, en créant les conditions d’une pêche durable, en luttant contre la pollution des eaux marines et la sédimentation, en promouvant un tourisme soutenable.

ça chauffe pour le corail

Le corail, c’est la vie ! Il abrite plus de 30 % de toutes les espèces marines. Mais aujourd’hui, il agonise : plus de 45 % des récifs sont en danger. Serge Planes, directeur du Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement, explique comment les pollutions en tous genres et le réchauffement climatique mettent les coraux en situation de sursis.